• (*⸰‿-) (☉_☉) (-‿◦☀)

     

     

    Vie

     

    Vie

     

    J'ai pardonné des erreurs presque impardonnables. J'ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables et d'oublier des personnes inoubliables.
    J'ai agi par impulsion.  J'ai été déçu par des gens que j'en croyais incapables, mais j'ai déçu des gens aussi.  J'ai tenu quelqu'un dans mes bras pour le protéger.
    J'ai ri quand il ne fallait pas.
    Je me suis fait des amis éternels.
    J'ai aimé et l'ai été en retour, mais j'ai aussi été repoussé.
    J'ai été aimé et je n'ai pas su aimer.

    J'ai crié et sauté de tant de joies, j'ai vécu d'amour et fait des promesses éternelles, mais je me suis brisé le coeur, tant de fois !
    J'ai pleuré en écoutant de la musique ou en regardant des photos.  J'ai téléphoné juste pour entendre une voix, je suis déjà tombé amoureux d'un sourire. J'ai déjà cru mourir par tant de nostalgie et j'ai eu peur de perdre quelqu'un de très spécial (que j'ai fini par perdre)...

    Mais j'ai survécu ! Et je vis encore !

    Et la vie, je ne m'en passe pas...
    Et toi non plus tu ne devrais pas t'en passer.   Vis !!!

    Ce qui est vraiment bon, c'est de se battre avec persuasion, embrasser la vie et vivre avec passion, perdre avec classe et vaincre en osant. Parce que le monde appartient à celui qui ose et que LA VIE C'EST BEAUCOUP TROP pour être insignifiante !

    Charles Spencer Chaplin,
    dit Charlie Chaplin  1889 -  1977

     

     

    Vie

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    19
    Dimanche 8 Mars à 18:48

    c'est toujours joli chez toi .... cela fait combien d'années maintenant, 10, 15 ... un peu plus ? Et toujours nous gâtant avec tes textes, tes photos.

    Chaplin n'était pas parfait ... comme nous, mais a vécu chaque jour. Super ! Bises

    18
    Samedi 7 Mars à 19:27

    juste avec du fil de cuivre y'a des artistes doués

    17
    Jeudi 5 Mars à 17:32

    à bientôt

    16
    Jeudi 5 Mars à 17:31

    bisous .....on attend l'été .....

    15
    Jeudi 5 Mars à 00:53

    Bonjour ma chère Simone,


    Vivre sans passion est un véritable échec.
    Trop souvent les retraités disent qu'ils s'ennuient, du fait de n'avoir plus rien à faire.
    C'est justement le moment où il faut profiter de sa situation, car aucune obligation ne vient briser les journées de vie.
    Cet instant demeure tellement attendu...qu'il est dommage de ne pas en profiter pleinement.

    Le retraité d'aujourd'hui possède tout de même une multitude de loisirs, pour occuper son temps libre.
    Même s'il décide de ne pas poser tout à fait ses outils, il le fait avec une grande liberté.

    Et cette liberté gagnée par des décennies de travail est justifiée.
    Il faut l'occuper avec plaisir et non sous la contrainte d'une épouse... qui reprendrait la relève d'un petit chef.
    Car les femmes désirent toujours que les travaux soient réalisés rapidement...avant d'en rajouter sur la liste.

     

    C'est l'instant justement où le nouveau retraité doute.
    Avant il travaillait par obligation pour ramener un salaire.
    Il était entouré de collègues qui parfois devenaient ses amis. Soudain ce monde s'efface pour vivre avec une épouse...qui devient un vrai contremaître.

    C'est toujours stressant pour un homme de retrouver un petit chef à la maison, et de vivre avec lui 24 h / 24.

    Certains retraités regrettent leur période d'activité, au sein de l'entreprise.
    Au moins ils avaient des camarades qui partageaient leur labeur.

    Le plus heureux dans ce monde où chacun veut montrer qu'il a un pouvoir, et le retraité divorcé.
    C'est mon cas après quelques années de retraite fictive, puisque je travaillais nettement plus à la maison.
    De plus, je n'avais droit qu'à des remarques désobligeantes.

    Le pire c'est qu'en plus je participais aux dépenses...tout en ne comptant pas mes heures de boulot.

    Cinq ans après ma liberté de mes obligations professionnelles, je prenais ma véritable retraite en quittant ma femme.

    C'est donc à Mâcon que je me suis retrouvé.
    Je requinque depuis six ans... mon petit logis.
    Je le fais sans aucune contrainte, et je ne subis aucune remarque déplacée.
    C'est donc que du bonheur, de vivre sans une femme qui prévoit votre journée... comme le faisait le responsable de l'atelier.


    Votre chef demeure votre auto discipline.
    Ce qui ne veut pas dire que vous travaillez moins.

    Cependant vous ajustez vos journées, comme vous l'entendez.

    Ce plaisir de ne pas être commandé vous donne des ailes.
    Vous êtes plus actif, car beaucoup plus libre et décontracté dans vos travaux.
    Et surtout, vous réaliser vos tâches comme vous le désirez.

    Il n'est pas utile d'avoir un capot éternellement insatisfait...qui vous commande sans arrêt.

    C'est pour cette raison que je savoure doublement ma retraite...même si je n'ai pas posé mes outils pour l'instant.
    Ce boulot que j'effectue est pour mon petit confort....et non pas pour embellir la maison de mon épouse.

    C'est donc sans contrainte et avec un grand plaisir... que j'utilise mes forces pour rendre plus gai mon petit nid.

    Et un travail qui est effectué sans la contrainte, est toujours mieux fait.
    Il n'y na pas le stress et la pression qui pourrissent l'existence.
    Tout se fait dans la bonne ambiance.

    Cette grande liberté a l'avantage de rendre heureux.
    Travailler dans le bonheur, est toujours plus performant que sous une autorité quelconque.
    Quelques soit le degrés de cette autorité.

    Que c'est doux de se lever le matin...et d'employer son temps selon son envie.

     

    En général, l'autonomie permet d'être plus discipliné.
    Car le plaisir augmente l'envie de faire.

    Etre seul permet aussi de se motiver, car nous savons que si nous ne faisons pas le boulot, personne ne le fera à notre place.

    Pour ce qui est des félicitations d'avoir bien remplit sa mission, aucune ne parvenait de la part de ma moitié.

    Il ne faut donc pas craindre de s'en faire soi-même, lorsqu'elles sont méritées.
    Il est donc normal de s'offrir des louanges...si possible sans témoins.

    Car en se félicitant en étant seul dans un endroit fréquenté, il est possible d'être pris pour un cinglé.

    Il faut donc éviter ce genre de démonstration en public.

    Vivre seul sa retraite est doublement gratifiant.
    Il n'y a jamais de scène de ménage.
    Donc la vie se passe dans une grande paix...qui est très bonne pour la santé mentale et physique.


    Bonne journée, mon amie.

    Gros bisous. dédé.

    14
    Mercredi 4 Mars à 11:42

    Salut,

    On a un temps variable avec un peu de douceur.

    La météo a prévu de la pluie pour le reste de la semaine .

    Vivement le printemps.

    Bonne journée

    13
    Jacqueline
    Mercredi 4 Mars à 07:46

    BONJOUR  Simone

    Désolée , je viens vous répondre par içi , ma boite mail ne voulant rien savoir .

    Vous me mettez l'eau à la bouche dès le matin .Je les aime crues je trouve que le goût ressort mieux , avec de la mâche également .Quand les petites viennent , nous ne nous en privons pas (mon époux  lui n'aimant pas la betterave )

    Quant aux brocolis,  nous adorons en salade , à la vapeur ou crus également , je m'en sers même comme le chou fleur pour faire du taboulé .Cela change du  boulghour ou de la semoule de couscous .

    Epinard frais idem que du bonheur ....

    Vous m'avez mis l'eau à la bouche dès le matin .Coquine que vous êtes .heclownwink2

     

    Par contre , avant leur départ , avions fait des pommes au four au carambar  . C'était délicieux .....  Avec de très bonnes pommes  comme pour la tarte à l'alsacienne ou les crumbles " elles en redemandent ."

    Belle journée à vous SIMONE .   

      • Mercredi 4 Mars à 13:16

        hello ♥

    12
    Mercredi 4 Mars à 01:13

    Bonjour ma chère Simone,



    Lorsque nous sommes gamins, nous pensons toujours que notre maman sera éternelle.
    En prenant de l'âge, nous nous apercevons que ce n'est pas le cas.

    Puis la nouvelle tant redoutée arrive.
    Et nous regrettons toujours de ne pas avoir passé plus de temps avec elle.

    La vie est souvent chargée de regrets.
    Ces derniers ont pour ainsi dire toujours lieu après, lorsqu'il est impossible de changer les choses.

    En fin de compte, nous désirerions revenir en arrière pour réparer notre manque de présence.
    Mais ce qui est fait l'est définitivement.
    Nous ne pouvons pas remonter le temps.
    Nos erreurs passées ne sont jamais récupérables.


    Parfois nous croisons un regard et un sourire qui nous sont adressés.
    Nous avons juste le temps de les cueillir.
    Puis par la suite nous pensons à cet échange furtif... qui aurait pu être sans doute une belle histoire.
    Nous retournons sur les lieux de ce beau souvenir.
    Mais la jolie passante reste introuvable.

    Malgré les années qui passent, ce court épisode de vie s'est installé dans nos souvenirs.

    Même si le visage est devenu flou, il est entouré de ce mystérieux sourire... qui se transforme en souvenir.

    Ce sont ces petits moments de la vie... qui marquent les esprits.
    Pourtant ils sont presque sans importances.

    Nous sommes obligés de retourner dans notre passé ...qui est enrichit de petites histoires qui ne se sont jamais concrétisées.
    La vie alors aurait été différente.
    Nous idéalisons trop souvent... ce qui n'a pas été réalisé.
    Il n'est pas certain que la vie de couple aurait été plus réussie.

    Alors plutôt que de revoir ce qui n'a plus aucune importance, il faut vivre au présent ou en se projetant dans l'avenir.

    En général lorsqu'on retourne dans ses souvenirs, c'est que l'actualité n'est pas bien gaie...et que les lendemains sont incertains.

    La mémoire permet de fuir un moment d'incertitudes ou de doutes.
    C'est aussi une manière de tenter de retrouver la légèreté de sa jeunesse.

    Mais tout se base sur une simples images embellies.... qui n'ont aucune consistance.

     

    Les années passent avec une rapidité étonnante.
    Elles nous projettent sans que nous nous en rendons compte, dans une vieillesse que nous refusons d'admettre.

    Pourtant il est impossible de tricher avec le calendrier.
    Il faut bien finir par admettre que nous ne sommes plus de première jeunesse.
    Voire même que nous sommes à présent dans le groupe des vieux.

    Pourtant dans nos cerveaux, nous sommes toujours aussi curieux et amoureux de la vie.

    Alors se pose la question de ce que nous avons pu faire de toutes ces années passées.

    Car en fin de compte, les projets sont toujours aussi vivaces.
    Pour les réaliser c'est une autre chose.
    Nous n'avons plus la même ardeur, et les douleurs sont là pour nous faire comprendre que nous ne sommes plus des jeunots.


    La volonté est présente, mais le corps n'est plus ce qu'il était.
    L'arthrose au fil du temps s'est installée, et d'autre douleurs ramassés par le poids des ans sont apparues.

    Le monde appartient à celui qui ose.
    Sauf qu'il fallait braver les obstacles cinquante ans plus tôt.

    Ce qui n'empêche pas de prendre des décisions plus raisonnables...pour apprécier la vie.
    Car celle-ci est si chère...qu'il n'est pas question de se dire qu'elle est terminée.

    J'aime la vie comme un jeune adolescent.
    Je la croque à pleine dents, avec une manière très sage de ne pas faire d'imprudence.

    Tant que les neurones se disent que nous sommes jeunes, comptons sur eux pour continuer notre chemin avec un grand plaisir.


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

    11
    Mardi 3 Mars à 16:26
    10
    Mardi 3 Mars à 14:34

    Un beau texte ,bon mardi bisous

    Fichier

    9
    Mardi 3 Mars à 01:08

    Bonjour ma chère Simone,


    Il y a des pardons qui doivent être difficilement prononçables, par des personnes qui ont subies des atrocités.
    Pourtant l'homme arrive parfois à tracer un trait sur ce qu'il a subi.
    Je ne suis pas de cette trempe, pour avoir autant de courage.
    Car cet acte de pardonner est celui d'un être bon et souvent courageux, en face de ses anciens bourreaux.


    Souvent, j'ai été déçu par le comportement humain.
    Certains hommes étaient vraiment mesquins.
    Au-delà de ce que j'aurais pu m'imaginer.
    Ce sont des lâches bien souvent.... qui ne sont pas fréquentables.
    Aussitôt qu'ils changent de niveau professionnel, ils deviennent des petits chefs autoritaires.


    J'avais aidé un camarade de boulot en lui faisant ses mathématiques, pour qu'il accède à un échelon supérieur.

    Je ne demandais pas qu'il soit indulgent à cause de cet aide...mais qu'il reste juste en ne me prenant pas pour son serviteur.
    Je pense que le fait de lui avoir donné un coup de pouce pour réussir... le rendait amer d'avoir montrer sa faiblesse.
    Incontestablement, il m'en voulait.

    C'est évidemment injuste...mais l'être humain est parfois d'une médiocrité qui fait peur.

    Heureusement, il y a les autres qui relèvent le niveau de l'humanité.
    Ce sont des hommes droits... qui jamais ne changeraient de mentalité.

    J'admire encore aujourd'hui, certains de mes amis qui étaient des personnes exemplaires.
    Toujours là pour vous aider lorsque vous aviez un problème.


    Ce sont des gens qui ne m'ont jamais déçus.
    Par contre je les ai abandonné, en tournant plusieurs fois les pages de ma vie.


    Je partais du principe qu'en changeant de région, je devais tout recommencer.

    Pourtant accidentellement en parcourant les bords du lac d'Annecy, je suis tombé accidentellement sur l'un d'entre eux.
    Notre amitié n'avait pas souffert de mon silence.
    Daniel ne s'arrêtait pas à cela.


    A mon mariage, j'ai de nouveau tourné la page de cette épisode heureux.
    L'éloignement fait que je trace toujours un trait sur mon passé.
    C'est systématique.

    En amour, j'ai toujours plus aimé que je ne l'ai été en retour.
    J'étais trop sentimental.
    Mais il fallait un certain temps pour que je m'attache.

    Avec les échecs accumulés, je n'avais plus de place pour aimer de nouveau.

    Je suis toujours resté prudent, sur une relation amoureuse.
    Sauf lorsqu'elle ne dure qu'un soir.

    J'ai souvent douté sur la solidité d'un couple.

    Il m'est arrivé aussi de faire du mal, en quittant des femmes qui m'aimaient.
    Curieusement, je n'étais pas épris de celles-ci.

    Je n'ai donc eu droit qu'à ce que je méritais, lorsque ce fut à mon tour de souffrir.

    J'ai résisté pendant plusieurs années avant de tomber dans les bras, d'une jeune femme plus jeune que moi.

    Elle était très jolie, mais je ne sentais pas que notre amour tiendrait.
    Elle avait 20 ans, j'en avais trente quatre.

    Je savais qu'elle devait vivre sa vie.
    Une fois que je fus amoureux d'elle, elle prit des distances avec moi.
    Elle venait me voir de temps en temps, en vivant sa vie.

    Je n'ai pas pu résister à tant de souffrance...en attendant sans arrêt sa visite.
    J'ai préféré mettre un terme à notre relation...puis j'ai quitté la ville pour l'oublier.

    Ce fut long pour remonter la pente.

    J'avais quitté mon emploi et mes amis.
    C'est peut être ce qui explique cette facilité....que j'ai à tourner les pages de ma vie.

    Je suppose que mon comportement d'aujourd'hui, est lié à cette époque.
    Malgré tout, j'ai vraiment aimé mon épouse, jusqu'à ce que le couple se déchire sans souffrance.

    Et j'ai choisis la solitude, pour rester à l'abri de tout autre échec.



    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

    8
    Lundi 2 Mars à 15:10

    Salut,

    On fait tous des erreurs car nous sommes des humains et non des Dieux.
    Le temps est pluvieux pour ne pas changer.
    Vivement que l'on soit au printemps.
    Bonne semaine

    7
    Lundi 2 Mars à 14:33

    Magnifique la fin de ton texte j'adore

    tellement vrai

    biz et bonne semaine

    6
    Lundi 2 Mars à 05:52

    Superbe réflexion.

    Bon début de semaine après une très forte tempête, hier !
    Une impression d'apocalypse pendant plus de trois heures.
    Ce matin, retour du corset pour retouches, en espérant que ce sera rapide mais la couturière ne travaille que le mardi ...
    Gros bisoux, ma simone ♥

     

    5
    Jacqueline
    Lundi 2 Mars à 05:48

    Merci pour le partage

    Très bon lundi  Simone et surtout très belle semaine à vous .

    4
    Khanel3
    Dimanche 1er Mars à 21:32
    Magnifique texte. Merci pour ton passage
    3
    Dimanche 1er Mars à 20:15

    Très beau texte de Charlie Chaplin.

    Bel analyse de sa part.

    Bisous Simonèlè

    Aimée

    2
    Dimanche 1er Mars à 17:52


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :