• ヽ(◕◡◕❀ฺ )ノ !

     

     

    11 05 2020

     

     

     

     

    - Un jour on sortira,
    on sortira et on sera content de croiser des vieux dans la rue, de faire la queue trois plombes derrière eux dans les supermarchés et d’attendre avec eux dans une salle d’attente bondée… On les remerciera d’être vivants !

    - Un jour on sortira
    et on embrassera le voisin grincheux qui mettait toujours sa poubelle en travers du chemin… D’ailleurs depuis il ne le fait plus et il sourit parfois…

    - Un jour on sortira
    et quand nos enfants rentreront de l’école, ils auront dans leurs cartables des dessins de super héros : le docteur, la maîtresse, l’éboueur, la caissière et le livreur…

    - Un jour on sortira
    et on trouvera beaux tous ceux que l’on croisera dans la rue – même les moches – parce qu’ils seront vivants.

    - Un jour on sortira
    et on ira boire un café en terrasse, on fermera les yeux pour savourer cet instant.

    - Un jour on sortira
    pour aller faire les courses pour de vrai et on échangera des sourires complices au rayon « pâtes » et au rayon « PQ », on se comprendra sans se parler.

    - Un jour on sortira
    et on pardonnera à ceux qui nous ont fait du mal parce qu’ils auraient pu ne plus être là ; on demandera pardon à ceux qu’on a blessé du temps de notre insouciance, de notre indifférence …

    - Un jour on sortira
    et on se souviendra du temps qui a passé – si lentement pour une fois – des livres qu’on a lu, de ceux à qui on a parlé au téléphone, de toutes les blagues échangées par SMS, par mail et par wathsapp.

    - Un jour on sortira
    et on essaiera d’oublier les cris qu’on a poussé sur nos enfants, les exaspérations, les impatiences et les attestations de sortie et on pensera souvent à ceux qui vivent ça tous les jours, à ceux qui sont confinés sous les bombes.

    - Un jour on sortira
    et certains mots auront pris un nouveau sens : famille, amis, proches, collègues, enfants, parents ou genre humain tout simplement

    Un jour on sortira et on essaiera de s’aimer…

     Valérie Rodriguez, directrice de la Frat’ de Trappes,

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    32
    Mercredi 13 Mai à 00:54

    Bonjour ma chère Simone,


    Le jour de la permission de sortir est arrivé.
    Il est donc possible à présent, de mettre son nez dehors sans se signer une attestation.
    C'est une grande liberté symbolique.

    Malgré cette autorisation de quitter son espace confiné sans limitation de temps, de nombreuses personne sont restées chez elles.

    Un manque de confiance et une peur certaine en sont les causes.
    Il y a aussi les gens qui ne sortent déjà pas trop, même lorsqu'il n'y a pas de crise sanitaire.
    Je fais partie de ceux-ci.
    J'ai mes habitudes, en ne réalisant mes courses qu'une fois par semaine, pour me ravitailler en denrées alimentaires.
    Par prudence, je pense prolonger ce temps à quinze jours, comme pendant le confinement.

    Cependant, je me rendrais pas encore dans les magasins de bricolages.
    Je préfère attendre.

    La chute des températures sur l'hexagone, freine les envies de sortie des concitoyens.
    Je pense que les gens seront plus inspiré pour faire les idiots, lorsqu'il fera beau.

    Ce fut le cas aujourd'hui à Paris, où de nombreux jeunes étaient regroupés par grappes.
    Certains buvaient l'apéro comme pour braver le danger.

    Ce n'est pas parce que le virus attaque gravement les personnes âgées... qu'il ne peut pas représenter un risque chez les plus jeunes.

    Ce sera justement le moment de voir le comportement de notre population.
    Lorqu'il fait beau, la tentation de se laisser aller est grande.

    Les incivilités ont surtout lieu pendant les périodes de beau temps.


    Ce sera donc le moment de bien surveiller si le relâchement de vigilance...ne sera pas dangereux pour les services de santé.
    Car si une vague de malades vient submerger les hôpitaux, il n'est pas exclu de subir de nouveau un confinement.

    Ainsi toute la population se retrouverait chez elle, à cause des individus imprudents et égoïstes.

    Malheureusement, les effets d'une relative inconscience du danger, ne serait visible que quinze jours après.

    Ce qui complique toujours davantage, le repérage du nid de cette contamination.

    Car il y aura systématiquement des reprises.

    En ce moment, la mortalité est repartie à la hausse.
    Ce qui prouve que depuis une dizaine de jours, les français sont moins disciplinés.


    Cependant, il faut pouvoir agir le plus rapidement possible sur les nouvelles contaminations.
    Ainsi il demeure plus aisé de remonter l'origine de la contamination.

    C'est uniquement par ce procédé...qu'il sera possible de limiter les dégâts.
    D'empêcher la surcharge des hôpitaux.

    Les gens qui ne suivent pas les consignes de sécurité, pensent être intouchables.
    Sauf qu'ils peuvent rendre un proche malade...ou l'envoyer au cimetière.

    Alors les regrets pour un apéro, peuvent être lourds à porter par la suite.

    Vivre avec le virus ne signifie pas lui ouvrir la porte.
    Aucune sympathie ne doit lui être démontré.

    Il est inutile de le narguer, car c'est lui pour l'instant qui a le dernier mot.

    C'est à dire que tant qu'il n'y a pas de remède pour lutter contre cette lui, seule la prudence nous met à l'abri
    .

    Le déconfinement est une preuve de confiance de la part de l'état.
    En effet, il nous donne carte blanche pour mener notre vie comme nous le désirons.
    Cependant nous avons le devoir de respecter les gestes barrières.
    Porter le masque dans des espaces étroits, comme dans les transports en communs.

    Ce qui permettrait au mois de juin, d'envisager l'ouverture des bistrots, et des restaurants.

    Il faut évidemment que ces commerces, soient respectueux des normes demandées.

    C'est par la prudence que nous pourrons bénéficier aussi de vacances.
    Celles-ci arrivent à grands pas.

    Il faut donc montrer que la population peut faire face à l'adversité, en étant responsable.

    En suivant les dires des scientifiques, normalement nous pourrons vivre avec ce Coronavirus, en l'empêchant de nous pourrir l'existence.

    Ce sont donc nos comportements qui guideront les décisions de nos dirigeants.
    Etre citoyen responsable, c'est défendre les autres du danger qui rôde.

    Comme nous en connaissons sa sournoiserie, c'est à nous de l'empêcher d'agir.

    Ainsi, nous aurons pris l'habitude de vivre avec cet intrus, en attendant des armes pour l'éliminer.


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

    31
    Mardi 12 Mai à 11:36

    et ce n'est pas le jour le plus long

    30
    Mardi 12 Mai à 00:06

    Bonsoir ma chère Simone,



    Le jour d'après est arrivé.
    Aujourd'hui, les gens peuvent sortir comme ils l'entendent.
    Ils ont retrouvé la liberté d'aller et venir, sans attestation à signer.

    J'ai mis mon nez entre l'ouverture de la porte, pour humer le fond de l'air.
    Il n'y avait pas foule sur les routes.
    Les voitures ne sont pas nombreuses...à sillonner la ville.
    Les personnes sont libres, mais elles restent prudentes.

    Un peu comme les perruches à qui on a ouvert la porte de leur cage...mais qui préfèrent rester entre les barreaux.
    C'est sécurisant pour elles....d'être à l'abri des prédateurs.

    Pour nous, celui-ci est minuscule.
    Ce n'est pas souvent que les petites bêtes, font peur aux grandes.

    Ce jour ''J '' si longtemps attendu, est donc relativement calme à Mâcon.
    Faut voir si dans la capitale, il y a abondance dans les transports franciliens.

    Les véritables nids à virus sont effectivement les bistrots.
    Il faut abattre le masque...pour siroter son verre.
    Parfois, c'est un litre de rouge qui est partagé entre des groupes d'amis.
    Ce qui propulse avec force... la contamination.

    Lorsque les consommateurs sont chauds, comment leur faire comprendre qu'il faut rester à un mètre du copain de boisson.
    Les hommes ivres bravent les interdits, en même temps que les dangers.

    Pour les travailleurs qui prennent le métro, il faut qu'ils sortent couverts en conservant les gestes barrières.

    Ce n'est pas simple de rentrer dans une boîte de sardine...en laissant beaucoup d'espace vide.
    Pourtant c'est nécessaire, pour éviter des foyers qui se répandraient dans la capitale.

    Cette libération retrouvée, n'a pas la même saveur que si elle était sans danger.
    Les gens font attention aux voisinages.

    Tout le monde tente de gérer les seules protections qui peuvent éviter des drames.

    Il y a une suspicion qui plane dans l'air...où chaque individu est un éventuel porteur de mort.

    Ce qui n'arrange pas la promiscuité...ni les échanges entre les personnes.

    Cette journée est donc vécue avec tout d'abord la crainte de l'autre.
    Car le virus se propage par les autres.
    Donc chaque individu dans une zone fermée, est un potentiel danger.

    Ce n'est pas le moment de sympathiser avec des inconnus.

    Il ne faut cependant pas que la peur,  paralyse les gens à outrance.
    Ce n'est jamais très bon pour la paix sociale.

    Il faut garder la tête sur les épaules...sans tomber dans une psychose néfaste pour la bonne entente.
    La raison doit l'emporter sur les craintes.

    Chaque personne est une victime de cette situation.
    Et il ne faut pas voir celle-ci comme une ennemie volontaire.
    Car la plupart du temps, les malades ignorent qu'ils sont touchés.

    Cette journée si attendue ne fut pas une explosion de joie.

    Les premiers qui sont sortis, l'on fait sur la plante des pieds.
    Un genre de pression s'est fait ressentir sur ceux ...qui s'aventuraient dans ce nouveau monde.
    Celui d'après la catastrophe sanitaire.

    Ce printemps est déjà bien plomber par ce virus... qui n'a pas terminé sa noire besogne.
    IL rôde parmi les groupements de gens qui circulent.
    A tout moment il peut trouver une personne... qui devienne son hôte.

    Et un peu comme une puce...il se rend sur les autres gens en laissant sa
    signature.

    Cependant, la population commence a connaître sa manière d'agir.
    Elle s'arme comme elle le peut, pour réduire son empreinte dans la société.

    Les chercheurs sont dans une alerte permanente, pour trouver le médicament qui le terrassera.

    Ils a de nombreux ennemis dans le mode...qui cherchent le vaccin qui l'éradiquera.

    Les jours de ce virus sont donc comptés, afin que les hommes revivent sans cette épée de Damoclès.

    Il est donc nécessaire qu'il fasse partie du passé, le plus tôt possible.


    Les scientifiques travaillent pour que cette guerre soit gagnée...et que notre vie redevienne totalement normal.

    Alors nous pourrons respirer à fond, un bon bol d'air sans aucune crainte.


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

     

    29
    Lundi 11 Mai à 14:17

    Bonjour ma Simone

    Le dé confinement a sonné mais hélas pas pour moi, trop de risques encore compte tenu de ma pathologie, attendons septembre.

    Pour toi l'heure de la liberté a sonne mais surtout prends garde à bien observer  gestes barrières.

    Bonne journée ma douce amie avec des gros bisous 
    Méline 

    28
    Jacqueline
    Lundi 11 Mai à 14:00

    Oups!!!

                                             Grise mine .

    Avons , une pensée  pour les personnes qui sont inondées .Après le confinement, il va falloir surmonter pour elles  cette nouvelle intrusion .

     Ces gens,  vraiment  n'avaient pas encore besoin de  cela en plus .

     C'est une sacrée  "sortie de confinement " dont ils se souviendront .  

      • Lundi 11 Mai à 16:50

        Smile girl pictures and quotes

        hello

    27
    Jacqueline
    Lundi 11 Mai à 12:01

     Bonjour du lundi

    Votre  "petite " en haut de votre article  fait grise est ce de savoir qu'il faudra sortir masqué ? Remarquez pour les enfants c'est déjà stressant de voir déjà tous les adultes masqués .

    Ici ,c'est  "très cool " d'après Alain .

    Il faut dire que la Région n'a pas encore distribué tous les " masques gratuits"  promis  Ca viendra , d'après ....... même pour les personnes à risque . 

    Nous verrons bien .  

    Sommes comme Saint Thomas yesheclown

    Passez une fort belle semaine .Prenez toujours bien soin de vous .

     

     

    26
    Lundi 11 Mai à 11:48

    Salut

    On a beaucoup de vent mais il y a du soleil.

    On reste aujourd'hui en attendant que la populasse se calme.

    Bonne semaine

    Le déconfinement à la gauloise c'est du délire !

    25
    Lundi 11 Mai à 00:46

    Bonjour ma chère Simone,


    Demain, les femmes et les hommes de l'hexagone se sentiront plus libres.
    Tout simplement parce qu'ils n'auront plus besoins de se demander la permission de sortir.

    Il devrait donc y avoir plus de monde dans les rues de France.

    Celui qui se frotte les mains est le virus.
    Car il se déplace avec les femmes et les hommes qui le portent.
    Ils sera donc obligatoirement dispersé de régions en régions.

    Cependant le virus ne tient pas compte de la couleur du département.
    Il est daltonien sur ce point là, et ne tient pas compte des couleurs régionales.

    Si les personnes sont raisonnables, celui-ci ne devrait pas se répandre de ci de là.
    Il serait dans ce cas, contenu dans une espèce de prison...qui l'empêcherait de se mouvoir à sa guise.

    S'il était visible, nous pourrions le restreindre à être complètement confiné.
    Nous pourrions aussi l'asperger, d'une solution qui le tue.

    Il ne faut pas avoir de retenue pour ce criminel en série...qui sème la peur sur la planète entière.

    En attendant, il reste sournoisement discret, pour semer sa noire besogne.
    Nous devons faire comme s'il était sans arrêt autour de nous...à guetter le moindre laisser aller de notre part.
    Aussitôt, il en profitera pour se glisser dans la brèche de notre imprudence.

    Pour réussir notre sortie après deux mois d'incertitude, il faut tout d'abord

    se plier aux conseils des spécialistes.

    En ce qui me concerne, leurs messages sont simples:
    - '' Restez chez vous... et lavez-vous les mains. ! ''.

    En effet, j'ai atteint largement l'âge ou le Covid – 19 aime semer la panique chez les gens.
    Il n'aime pas les personnes âgées.
    Il fait tout pour s'en débarrasser.

    Il est donc avant tout, notre ennemi principal.

    Il aime squatter les poumons des anciens.
    C'est son terrain de prédilection.

    Nous devons donc être plus prudents que les jeunes..lorsque nous mettons le nez dehors.

    Le Coronavirus est en embuscade.
    Il attend qu'une personne le transporte jusqu'à nous.

    C'est pour cette raison que nous devons redoubler de vigilance.
    C'est à dire respecter les mesures barrières, afin qu'ils ne puisse pas se permettre de visiter nos pompes à air.

    Car il ne demande pas une carte d'invitation, pour faire sa sale besogne.

    Ne lui donnons pas l'autorisation de se balader en nous.
    Portons le masque qui freinera son ardeur.

    Il n'aime pas qu'on se lave les mains avec du savon, ou du gel alcoolisé.
    C'est une raison supplémentaire pour l'incommoder en nous nettoyant les menottes souvent.

    A force de voir autant de résistance de la part de la population, il se décidera peut être à aller voir ailleurs.

    Renvoyons le dans son pays d'origine, en l'empêchant de se dissimuler dans nos

    contrées.... pour mieux s'implanter.

    L'idéal serait de l'éradiquer sur place.

    Il faut attendre que les pros en blouse blanche pondent un vaccin fiable...qui l'empêchera de faire le moindre mouvement parmi nous.

    Il sera alors pris à son propre piège, lorsque nous serons dans la possibilité de faire des anti corps.

    Lorsque nous sortirons ce lundi, soyons dans une situation de résistance... pour l'empêcher de nous approcher.
    Il n'est peut être pas visible, mais nous connaissons à présent les gestes qu'il ne faut pas faire.

    Soyons plus fort que lui en restant sur nos gardes.
    Car sa force est le relâchement de ses futures victimes.

    Il est tapi dans l'ombre, à attendre la moindre faiblesse de notre coté.

    Donc pour ne pas l'aider à semer son carnage, sortons couverts avant tout.
    Et ce n'est pas parce que nous sommes déconfinés...qu'il faut se précipiter vers nos proches...sans tenir compte des mesures barrières.

    Soyons prudent.
    Car l'ennemi est là, à n'attendre que notre désinvolture... face au danger qu'il porte.



    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

     

     

    24
    Dimanche 10 Mai à 18:51
    =^..^=

    Et un jour tout redeviendra comme avant ...

    Bonne soirée ma Simone

    Gros bisous tout plein et tout plein de Gros bisous

    القطط» تتعلق بأصحابها مثل الأطفال

    23
    Dimanche 10 Mai à 14:45

    Bonjour ma Simone

    Valérie Rodriguez a très bien écrit...oui un jour on sortira... c'est vrai que tous les liens, famille et amis, se sont renforcés...je me vois à la mer sirotant une limonade à une terrasse de bar.......!

    Bonne journée ma Simone avec des gros bisous 

    DTB

    Méline

    22
    Dimanche 10 Mai à 00:19

    Bonjour ma chère Simone,


    Le jour où nous sortirons approche... à grands pas.
    Les gens seront heureux de mettre le nez dehors, sans une attestation pour le faire.

    Je crois que nous allons prendre l'habitude de sortir couvert.
    Nous ressemblerons aux asiatiques...qui le portent comme s'il faisait partie d'un habit.
    J'espère qu'il ne dorment pas avec..!

    C'est donc une adaptation à prendre...pour cohabiter avec le virus.

    Les femmes voilées seront intégralement recouvertes.
    Elles sont ravies de cette chose.

    Les échanges de sourires complices... seront perceptibles en regardant les yeux de la personne.
    Il n'y a que comme cela que nous saurons si les sourires se croisent.
    Car la bouche sera calfeutrée derrière le masque.

    Lorsque le jour de la sortie sera venu, les terrasses des cafés seront encore fermées.
    Lorsqu'elles ouvriront, il faudra tenir compte des mesures barrières.
    C'est à dire que nous seront tous distants les uns des autres.

    Il sera donc difficile de tenir des confidences...sans crier pour se faire entendre.
    De plus, il faudra soulever son masque pour avaler sa boisson.
    Nous serons tous cachés....par cette tenue protectrice.

    Cette liberté retrouvée relâchera la pression que subissent les gens.

    Une grosse crise financière est à craindre.
    J'espère que nous pourrons accéder à des produits alimentaires de première nécessité...comme les pâtes.
    Pour l'hygiène aussi, je suppose qu'il y aura moins de personnes qui craindrons la pénurie de papier... qu'ils entassaient dans les toilettes.

    Tous ces mouvements peu solidaires, seront ceux du passé.

    Car l'égoïsme des gens est parfois exécrable.
    La peur panique les rendent complètement irrationnels.

    La peur de manquer transforme certaines personnes.
    Nous voyons leur vrai visage, lorsque la panique les agitent dans une espèce d'appétit grotesque.
    Ce comportement honteux, démontre que des agneaux peuvent devenir des loups.

    Honte à ces personnes qui ne pensèrent qu'à elles, en oubliant que les autres avaient les même besoins.

     

     

    Il ne faut tout de même pas dramatiser.
    Cette sortie n'est pas celle d'un goulag, où les libertés étaient complètement effacées.
    Nous pouvions sortir faire notre petite marche habituelle.
    Nous avions encore la possibilité de nous ravitailler, et de prendre par la même occasion un bol d'air.
    Même si ce dernier n'avait pas l'insouciance habituelle...car cette inspiration pulmonaire pouvait nous être fatale.

    Nous n'étions pas encore au bagne...où la sortie était attendue en comptant les années.

    Cette liberté conditionnelle est tout de même accompagnée de contraintes.

    La prudence est de rigueur, sinon c'est de nouveau le confinement qui nous attend.

    Je pense qu'il va falloir reprendre le chemin du travail, en prenant le maximum de sécurité.
    Le coût financier d'un second confinement... risquerait de freiner cette mesure de précaution..
    Car chaque fois il faut accompagner les travailleurs.

    Ce qui fera réfléchir le gouvernement...avant de renvoyer les personnes chez elles.

    Mais ce n'est pas impossible malgré tout, si les français ne sont pas raisonnables.

    Ce passage dans la vie restera inoubliable.
    Pour les couples, le confinement aura permis de se rapprocher...ou de se détester.

    Il y aura sans doute une augmentation des divorces.
    Mais aussi une explosion des naissances, dans sept à neuf mois.

    Cette période passée en famille, aura ressoudé ou détruit celle-ci.

    Dans l'ensemble, le 11 mai sera une manière de repartir sur des bases encore fragiles.
    Il va falloir vraiment être très attentifs.

    Car les infos nous apprennent que deux foyers ont repris.
    Ceux-ci sont sous contrôle...heureusement.

    Alors pas d'imprudence....lors de cette liberté retrouvée.


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

     

     

    21
    Jacqueline
    Samedi 9 Mai à 19:08

    https://www.youtube.com/watch?v=LVIttmFAzek

    Little Richard est décédé . 

    C'est tout un pan de  notre jeunesse  qui part avec lui .

    Belle et douce soirée Simone "en musique  " 

      • Dimanche 10 Mai à 09:42

        Heart Shaped Hanging Glass Flower Vase – Free Spirit Shop #BohemianStyle #BohoHomeDecor #Buddha #Yoga #Meditation #Spiritual #HomeDecor

         

    20
    Samedi 9 Mai à 16:59

    Salut,
    C'est super le temps mais il parait que demain il va pleuvoir .
    La semaine prochaine la température va baisser.
    C'est pas marrant pour le début du déconfinement.
    Bon week-end

    19
    Jacqueline
    Samedi 9 Mai à 13:31

    Un jour , quand vous en aurez  vraiment "marre ou ras le bol"  yes

    De nos " petits coups  de gueule  ", faites nous en part Simone

    Nous ne serons  nullement fâchés .

    Si cela vous déplait,  vous pouvez supprimer .

    Bien affectueusement

    Nous 2

      • Samedi 9 Mai à 17:28

        et voilà pour toi....et merci pour tout ...

        Une adorable petite princesse  ...

    18
    Jacqueline
    Samedi 9 Mai à 13:26

    Une erreur que va regretter notre  " Manu  " président de " nous tous les français "he

     De ne pas avoir repoussé la date  "des municipales  "

    Car , comme par ici  et aussi  ailleurs,  ceux  pour qui  dès le premier tour " c' était  acquis "

    Ne se sont  pas  "trop sortis  les  doigts "  pour nous obtenir

                                     des masques" gratuits"  

    Cela ne donne plus envie de faire confiance .......... à qui que ce soit .

    Cela n'engage que nous .

    Mais , comme avec nous,  il y  a toujours "un mais "

    Les citoyens que nous sommes ,

                                               -   Un jour viendra , on s'en souviendra

    C'était notre coup de  gueule  .

    Passez une très belle fin de semaine  SIMONE .

     

     

     

     

     

    17
    nays
    Samedi 9 Mai à 10:19

    hello Simone

    mais lui hein un jour ...  mais on sait pas quand ...

    doux WE Simone  j'espère que tout va bien pour toi   bibisous ☺♥

    16
    Jacqueline
    Samedi 9 Mai à 08:13

    BONJOUR SIMONE

    En chantant

      démarrons ce Samedi , 

    juste un p'tit morceau . 

                                 "avec le groupe Téléphone "

    Un jour j'irai là -bas
    Un jour Chat, un autre Rat
    Voir si le cœur de la ville bat en toi
    Et tu m'emmèneras
    Emmène-moi!

    Un jour (emmène-moi, mène-moi)
    (Emmène-moi, mène-moi)
    Un jour (toucher à ci, toucher à ça)
    Voir si le cœur de la ville bat en moi
    Et tu m'emmèneras!
    Emmène-moi!

    Paroliers : Jean-Louis Aubert / Louis Laurent Bertignac / Corine Marienneau / Richard Leon Raphael Kolinka

    Belle journée  à vous  Simone wink2clown 

    15
    Samedi 9 Mai à 01:34

    Bonjour ma chère Simone,



    Normalement, notre libération devrait s'effectuer officiellement le 11 mai.
    Si nous désirons vraiment profiter de cette liberté conditionnelle, nous devons nous tenir à carreaux.
    C'est à dire continuer à être prudent avec le virus...qui lui sera à l'affût.

    Nous sommes donc tous tributaires de notre comportement responsable.
    Sinon nous retournons dans nos prisons plus ou moins dorées.

    Une famille qui vit avec quatre enfants dans un appartement de 60 mètres carrés, ne ressent pas de la même manière un internement...par rapport à un châtelain solitaire qui possède un parc de dix hectares.

    Les vieux qui seront passés à travers les gouttes de la faucheuse, seront très discrets dans les files d'attente des grands magasins.

    Ils seront tout d'abord rares, car le Coronavirus les aime particulièrement.

    lC'est très embêtant, car malgré mes plus de 72 ans, je ne me sens pas vieux.
    Je sais pourtant qu'en plus, je fais partie des personnes à risques.
    Je dois donc me tenir sur mes gardes, même si je ne me sens pas malade.

    J'attends donc que Leroy Merlin ouvre ses portes, pour continuer à me ravitailler en matériel de bricolage.
    Je suppose que la files d'attente doit être insoutenable.

    Alors il est sans doute préférable d'attendre... que les gens soient moins nombreux à se précipiter dans les magasins qui vendent des outils..

    Malgré tout, j'ai constaté qu'il y avait toujours du monde dans ces grandes surfaces, même avant l'arrivée du Covid-19.

    Avec le chômage partiel, il sera difficile de passer rapidement à la caisse.

    Car ma politique de précaution contre le virus est simple.
    C'est celle de ne jamais traîner longtemps dehors, afin d'être le moins longtemps en présence du méchant virus.

    Ce n'est pas facile, car tout le monde désire la même chose.

    Mon unique soucis est le ravitaillement en matériaux pour le bricolage.

    Pour l'alimentation, il suffit de se rendre assez tôt dans les grandes surfaces.
    Les chariots y sont moins volumineux.

    Chez ''Leroy Merlin'', il me faut des planches de 2, 40 mètres de long.
    Ce qui demande une mesure barrière plus importante.

    De plus, les planches dépassent de la voiture d'un bon mètre. Ce n'est pas le moment que l'on me rentre dedans... ou que l'on m'accroche sur le côté arrière.

    La seule fois où j'ai utilisé mon support vélo pour me rendre en vacances....il y a un automobiliste qui avait réussi à rentrer dans la bicyclette.
    C'était à un rond point.
    J'avais bien senti une petite secousse sur l'auto...mais je n'avais pas réagi.

    Car le soutien du vélocipède avait tourné un peu sur son axe, en amortissant le choc.
    L'automobiliste avait pourtant klaxonné pour m'avertir.
    Mes neurones n'avaient pas compris le pourquoi de la chose.

    J'ai donc continué mon chemin, jusqu'à l'arrivée en Bretagne.

    C'est là que j'ai vu que le vélo n'était plus dans l'axe du véhicule.

    Une fois monté sur le deux roues, j'ai compris tout ce qui c'était passé.

    Résultat, 100 euros de réparation...avant d'avoir fait un tour de pédales.

    L'incident de parcours s'était produit à une dizaine de kilomètres de l'arrivée, alors que mon épouse et moi... avions parcouru 890 kilomètres sans problème.

    Avec les planches, ce serait beaucoup plus grave, car elles ne sont pas posées sur un axe.
    C'est donc tout le coffre de la voiture qui ramasserait.

    Les ronds points sont dangereux, lorsqu'il y a quelque chose qui dépasse du véhicule.

    Les gens sont tellement pressés... qu'ils se précipitent à tourner, en ne voyant pas l'arrière de la voiture.

    C'est donc un ouf de soulagement que je pousse, en arrivant à la maison en étant indemne.

    Malgré le chiffon rouge que j'installe comme un drapeau à l'arrière de la charge...tout est possible.


    Ce n'est pas le 11 mai que nous embrasserons le voisin.
    Le déconfinement sera une sorte d'exercice, pour voir comment cette libération se passe.

    Si elle n'est pas concluante, nous nous retrouverons de nouveau confinés.

    Pour moi, je n'en souffrirai pas.
    Je vis bien dans mes 60 mètres carrés, pour moi tout seul.

    De plus, je peux descendre dans le garage, pour y bricoler.

    Cependant, comme je ne suis pas égoïste, j'espère que cette liberté retrouvée se passera très bien... grâce à l'autodiscipline de nos concitoyens.

     

    Bonne journée, mon amie.

    Gros bisous, dédé.

     

    14
    Vendredi 8 Mai à 22:30

    Bonsoir ma Simone

    Pas fini le confinement pour moi pas avant septembre, cependant, je voulais aller faire un tour à la mer, hélas, notre préfet l'a interdit aujourd'hui, c'est à désespérer.

    Bonne nuit ma Simone avec plein de gros bisous 

    DTB

    Méline

    13
    Vendredi 8 Mai à 16:47

    un excellent texte à méditer et à pratiquer. Bises et merci pour tes "trouvailles"

    12
    Vendredi 8 Mai à 15:43

    Salut,

    Il est très bien ce texte pour le déconfinement.
    Il fait beau avec 23°.
    On a installé le parasol mais malheureusement la météo annonce de la pluie pour dimanche.
    Bon week-end

    11
    Vendredi 8 Mai à 14:53

    On peu rêver ...

    Bonne fin de semaine, du beau temps et du confinement !
    Gros bisoux, ma simone ♥

     

    10
    Vendredi 8 Mai à 12:44

    Bonjour Simone

    On va reprendre nos petites habitudes

    Je te souhaite un bon week-end, bisous 

    9
    Vendredi 8 Mai à 09:55

    Mais oui on va sortir et savourer cette liberté (semi dans un premier temps) retrouvée mais je ne crois pas vraiment "au tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil" d'après confinement. 

    Bisous

    8
    Jacqueline
    Vendredi 8 Mai à 09:18

     3 heures à faire la queue pour les  courses .   Pas pour nous  

     " On échangera des sourires complices au rayon « pâtes » et au rayon « PQ », "

                           Avec les masques cela va être  très difficile (LOL)

      "On essaiera de s'aimer "

                           C'est moins difficile , il suffit de le vouloir .  

    Belle fin de semaine  Simone

    7
    Vendredi 8 Mai à 09:02

    Donne à chaque jour la chance de devenir le plus beau jour de ta vie



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :