• ┬┴┬┴┤( ͡° ͜ʖ├┬┴┬┴┬┴┬┴┤( ͡° ͜ʖ├┬┴┬┴

     

     

     

    29 Pics And Memes To Entertain Your Brain #cats 

     

    Un médiocre écrivain raconte :
    - Désormais, j'ai la satisfaction de savoir que ce que j'écris est lu avec infiniment d'attention.
    - Vous faites toujours des romans ?
    - Non. Je rédige les menus d'un grand restaurant.

    Deux copains se croisent dans la rue :
    - Dis donc ?! Comment fais-tu pour avoir toujours des super manteaux et imperméables, en revanche tes pantalons laissent à désirer.
    - Ben, je n'ai pas encore trouvé de restaurant où les clients accrochent leur pantalon au porte-manteau.

     

     

     

     

    blague

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    19
    Mercredi 12 Août à 01:23

    Bonjour ma chère Simone,



    Je fais partie des personnes qui ne craignent pas de manquer de pardessus.
    En effet, chaque fois que je me rends à une soirée, je suis plutôt vêtu avec des guenilles.

    Mais lorsque je ressors de l'endroit où je me suis rendu, j'ai une tenue de banquier.

    En effet, je fais main basse sur les vêtements qui sont bien rangés sur des portes - manteaux.

    Par contre, c'est un véritable problème pour se procurer le dessous.
    J'ai bien essayé les stations de naturistes.
    Mais les culottes accrochées ne sont que des shorts d'été.

    Ce qui fait désordre lorsque je porte un imper, avec un petit short estival.
    Je ne tiens pas à passer pour un exhibitionniste.

    Depuis quelques années, je fais la provision de pantalons sur un site… où ceux-ci sont accessibles pour ma bourse.

    J'en achète beaucoup, afin d'avoir des rechanges.
    Ainsi il y en a qui sont assortis, à la récolte de manteaux que j'ai pu détourner.

    Ces derniers temps, je traîne dans les lieux sportifs, pour voir s'il n'y a pas des personnalités qui se sépareraient de leur pantalon.

    Pour l'instant, la pêche est quasi nulle.

    En effet, les non sportifs gardent leur culotte.

    J'ai trouvé cependant un endroit qui peut satisfaire mes recherches.Ce sont les boîtes de musculation.

    La plupart des hommes maintenant, entretiennent leurs corps.
    Certains sortent du bureau en costume cravate, avant de passer le short pour soulever de la fonte.
    C'est à croire qu’ils ne sont pas fatigués.

    Donc depuis un certain temps, j'arrive à récolter des pantalons et des vestes avec cravates.

    Evidemment, je change de quartiers pour commettre mes méfaits.Ainsi je passe incognito, en changeant chaque fois de salle.

    Depuis déjà un moment, je n'ai plus de place pour entasser le fruit de mes rapines vestimentaires.
    Car même si je ne considère pas être un voleur en prenant les habits des autres, le délit est tout de même considéré comme vol.

    Pourtant je sème le bien autour de moi.
    Car depuis que mes trois penderies débordent, j’offre aux plus pauvres des vêtements décents.

    Dans le milieu des dons vestimentaires, on me nomme le '' Robin des bois de l'habit ''.

    Si bien que même aux abords d'une usine, on ne fait plus la différence entre le PDG et l'ouvrier.

    J’ai monté une véritable organisation… qui commence à avoir du monde pour distribuer les fringues.

    Je suis devenu au fil du temps ''l’habilleur du cœur''.

    Comme la demande vestimentaire est forte, j'ai recruté des bénévoles pour chercher les endroits où les récoltes peuvent être abondantes.
    C'est ainsi que tous les riches propriétaires qui jouent au golf, se sont retrouvés en slip.

    Mais la marée chaussée rôde.
    A force de dépouiller certains pour en habiller d'autres, mon manège n'est pas resté invisible.

    Il y a des présomptions qui pèsent sur ma petite entreprise.
    Cependant, celle-ci est devenue humanitaire.

    Ce qui me rend intouchable... à présent que le peuple est de mon côté.
    La justice me regarde faire.

    Même les SDF de certaines villes de ma région, se baladent en costume trois pièces.

    Cependant, mon système possède ses limites.

    A force de défroquer les personnes aisées, celle-ci ne laissent plus leurs vêtements accessibles.
    D’autres ont tout simplement engagé un veilleur d’habits…qui ne les quitte pas des yeux.

    Je pense donc cesser mon activité actuelle.
    Le réchauffement climatique et les sécheresses, rendent l’imperméable de moins en moins recherché et porté.

    J’ai donc décidé de me lancer dans une autre affaire humanitaire.

    En effet, il semblerait que les chaussures soient aussi un bon filon.
    De plus, les endroits où l'on se déchausse sont nombreux.

    Bowling, patinage artistique, foot, rugby, plages lorsque même pour récolter des tongs.

    L'endroit qui reste le plus rentable demeure les mosquées.
    De plus, il n'y a pour ainsi dire aucun risque de se faire prendre, en piquant les chaussures de la dernière rangée.

    Tous les vendredis, une cinquantaine de fidèles rentrent pieds nus.

    Ce ne sont pas toujours des produits de qualité, mais nous arrivons à chausser les plus pauvres.

    A présent on trouve de tout sur mes étals..
    Vêtir et chausser les miséreux, est une action qui est saluée par tous.

    Evidemment, je porte le costume tous les jours.



    Bonne journée, mon amie.
    Bises. dédé.

    18
    Mardi 11 Août à 16:04

    Salut

    On est toujours dans la canicule .
    Le soir on s'endort avec 30° .

    J'ai trouvé qu'en prenant une tisane vers 20h, je dors plus facilement.

    Bonne journée

    17
    Mardi 11 Août à 01:33

    Bonjour ma chère Simone,



    Un roman relate les aventures de plusieurs personnages.
    Lorsque c’est une autobiographie, c’est sa petite personne qui demeure le sujet du livre.

    Pour le polar, l’écrivain doit prévoir un véritable scénario avec différents personnages.
    Il faut que son roman soit bien ficelé et crédible.
    C’est le moment où l’imagination demeure essentielle.
    Il est également nécessaire que l’histoire soit agrémentée, d’un suspens bien pensé.

    Le roman policier est souvent la lecture qui a le plus de succès, auprès du peuple.

    L'écriture de celui-ci est le fruit d'une idée principale…. avec un assassin et des enquêteurs.
    Les maîtres dans la matière étaient Georges Simenon ou Agatha Christie.

    Parfois nous connaissons mieux le personnage du bouquin que l’auteur.
    Maigret est un exemple.
    Sherlock Holmes est celui d’Arthur Conan Doyle.


    Les poètes sont les maîtres de la rime.
    Ils ne sont plus aussi sollicités que par le passé.
    Mais lorsque l’écrivain est doué, la beauté des mots prend toute sa splendeur.

    Etre romancier, c'est avoir une richesse de mots à aligner, et savoir comment les conjuguer.

    L'expression ‘’ nègre littéraire ‘’ est à présent remplacée par ‘’prête-plume’’.
    Nous ne pouvons plus employer ce terme pour désigner un auteur sous-traitant anonyme.
    Il rédige un texte signé par une autre personne, souvent renommée.

    Le ‘’prête-plume ‘’ reste dans l’ombre, sans avoir droit à aucune reconnaissance
    Pourtant bien souvent, il fut l’auteur de livres à succès.
    Ce que l’on nomme des best-sellers.

    Cette pratique est très ancienne.
    Les auteurs connus dans l’histoire, ne furent pas ceux qui écrivaient.

    Pour celui qui rédige les discours dans le domaine politique, on parle de ‘’plume’’.
    Ces plumes sont plus ou moins avouées.
    Erik Orsenna pour François Mitterrand, Christine Albanel pour Jacques Chirac, Henri Guaino pourt Nicolas Sarkozy.

    Un autre terme remplace celui de ‘’ nègre ‘’.
    C’est celui ‘’ d’écrivain fantôme ‘’.

    Le mot ‘’ nègre ‘’ dérange de nos jours à cause de sa connotation raciste. On a utilisé des substitutions comme ‘’ écrivain privé ‘’ ou ‘’ sous-traitant ‘’.
    Leur emploi n’est pas vraiment reconnu.

    ‘’ Collaborateur’’ est une manière d’arrondir les angles.
    Ce mot est pratique. Il est utilisé dans toutes les sphères sociales.
    Le PDG d’une multinationale, appellera ‘’ collaborateurs ‘’ les employés qui sont en bas de l’échelle sociale de l’entreprise.
    C’est plus chic.
    L’ouvrier se sent moins rabaissé, alors que son boulot n’est pas plus valorisé.
    La caissière d’une grande surface est ‘’ hôtesse de caisse’’ ou ‘’ collaboratrice ‘’.
    C’est très bien de valoriser les appellations.
    Ce ne sont que des supercheries d'un langage plus soft.



    En fin de compte, les nègres littéraires sont des écrivains fantômes.
    J’aime cette façon d’imaginer celui qui écrit dans l’ombre, par rapport à celui qui engrange le succès, la renommée et l’argent.
    C’est tout de même assez indécent.
    Les faits sont là.

    Ils existent depuis fort longtemps.


    On attribue à Pierre Corneille, certaines œuvres de Molière.


    Le cas le plus célèbre est Alexandre Dumas.
    Auguste Maquet fut son collaborateur. Il rédigeait les brouillons qui étaient réécrits par Le maître. Certaines parties furent reprises sans aucune modification.
    La collaboration de l’écrivain fantôme a été très importante pour les Trois Mousquetaires ou le Comte de Monte-Cristo.

    Certains ‘’ prête-plume’’ sont devenus eux-mêmes célèbres.

    Aujourd’hui, ceux-ci touchent un tiers des droits d’auteur sur la vente d’un livre.
    Ce qui peut parfois rapporter gros.

    L’écrivain fantôme peut désirer travailler sa plume, avant de se lancer dans la lumière.
    Lorsqu’il a du talent, il parvient à se glisser dans tous les styles.
    Ainsi il peut prendre son envol.
    Le pire est que même si ses écrits ont du succès pour un ‘’ écrivain renommé ‘’, il n’est jamais certain d’atteindre une exposition littéraire.


    Le prête-plume fait souvent un travail ingrat, où il offre son talent à un autre.
    Ce dernier récoltera les lauriers.

    A présent, la nouvelle mode est la co-écriture…pour faire disparaître l' écrivain fantôme.
    Alors que celui-ci n’était pas apparent…puisque fantôme.

    C’est une manière de faire sortir de l’ombre, le nom du collaborateur littéraire.

    Cette reconnaissance a l’avantage de donner des droits aux anciens esclaves littéraires.
    Car qui pourrait croire dans les qualités d’écrivain d’une Loana, d’un Zidane, ou de toutes ces personnes non littéraires... qui pondent une biographie.


    Personnellement pour sortir de l’ombre, j’écris les menus d’un restaurant.
    Je peux affirmer que je suis lu certainement plus souvent... que les gens cités ci-dessus.



    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

    16
    Lundi 10 Août à 16:26

    bonne et douce semaine

    Foxes

    15
    Lundi 10 Août à 15:27

    Salut

    Le temps est toujours à la canicule.

    On se terre.

    Bonne semaine

    14
    Lundi 10 Août à 01:26

    Bonjour ma chère Simone,


    Nombreuses sont les personnes qui se disent romanciers.
    Il serait nécessaire de définir ce que représente cette appellation.

    Celui qui écrit des romans, est un écrivain qui met en scène sur le papier, un texte pondu par son imagination.
    Il faut donc que ce dernier ne manque pas d’idées, pour remplir les feuilles blanches.
    Un écrivain sans imagination, est un peu comme une voiture sans moteur.
    Il restera muet de sa plume…devant sa feuille vierge.

    Il peut parfois chercher l’inspiration dans sa mémoire, et monter ainsi une belle histoire.
    Mais sans talent, celle-ci ne sera pas appréciée par des lecteurs ou éditeurs.
    Il restera alors dans l’ombre de l’anonymat…comme beaucoup de blogueurs à présent.

    Car tout le monde écrit.
    Même les personnes ignares de la télé réalité.
    Cependant elles sont aidées par un ‘’ prête-plume ‘’…pour écrire leur vie sans importance.
    C’est-à-dire leur autobiographie.

    L’écrivain s’arrange avec des événements actuels, pour faire sa mise en page.
    Son travail sera alors celui de journaliste.
    Il puisera les nouvelles, en interrogeant les gens.
    Ce qui ne veut pas dire que tout est réel.

    Lorsque je me trouvais interne dans un collège à Lunéville, des inondations avaient eu lieu.
    Dans le dortoir où nous étions 300 jeunes, l’eau arrivait aux mollets.
    Lors de l’évacuation, il y avait eu une rixe, entre deux camarades.
    L’un avait pris un bon coup de poing sur l’arcade sourcilière…et saignait abondamment.
    Le lendemain dans ‘’ L’Est Républicain ‘’, nous pouvions lire :
    - ‘’ Dans la panique, le jeune élève n’a pas vu la porte. ‘’.

    Alors qu’il n’y avait pas eu de panique…et que le blessé ne s’était jamais empoigné avec une porte.

    Le journaliste doit remplir la page de son journal qui lui est adressée.
    Il doit donc broder une histoire, par rapport à ce que l’on a bien voulu lui dire.
    Dans ce cas, ce n’était pas une catastrophe.
    Cependant même si une grande part de l’information demeure vraie, il y aura une part de romance plus ou moins identique aux faits.
    Du moins c’est ce que je constate avec cette réalité  (inondation ) et le ‘’ drame ‘’ qui était surréaliste.



    Malgré tout, l'écrivain doit savoir jongler avec les mots d’une façon habile.
    Il est nécessaire qu’il soit muni d’une subtilité qui lui est propre. C’est-à-dire son style d’écriture.

    Il ne peut surtout pas plagier d’autres romanciers, sous peine d’avoir des ennuis avec ces derniers.
    C’est lui qui doit pondre l’œuf…et non le récolter.
    Quoique l’inspiration peut naître d’autres écrits.

    Un peu comme tous les peintres qui se sont basés sur les oeuvres de grands maîtres.
    Malgré tout, ils n’ont pas fait une copie exacte de la peinture…mais en ont exploité l’idée.
    Dans ce cas, il n’y a pas de délit.
    C’est un peu comme les historiens... qui sont obligés de se référer à d’autres écritures.
    Car évidemment,  ils n'étaient pas nés lors des événements.

    Ce qui rend parfois complexes et contradictoires, les faits rapportés.
    Chaque historien manipule donc ses connaissances sur le sujet, avec une authenticité parfois peu convaincante.
    Ce rajoute à ces écrits successifs, le temps entre chaque éditions.
    Les différents points de vue de chaque interprète de la vérité historique,  demeurent donc sujets à des éléments propres à l’écrivain.
    Son point de vue risque d’être guidé par ses croyances politiques ou religieuses.

    Nombreuses sont les légendes sur certains personnages du passé.

     

    Tout le monde désire faire connaître ses déboires de nos jours, en pensant que leur cas demeure exceptionnel.
    Lorsque la personne est une célébrité, elle est aidé largement par un journaliste.
    C’est ce dernier qui rédige l’histoire… que lui raconte la star.
    Car bien souvent, c’est à peine si celle-ci sait lire.

    Je désirais écrire pendant ma vie professionnelle.
    Sauf que je ne possédais pas le talent pour rédiger un texte.

    C’est en étant plongeur dans un restaurant…que j’ai pu exaucer ma passion.
    Je me suis proposé au chef cuisinier pour écrire les menus.

    Au moins, je sais que j’étais lu… !

    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.



    13
    Dimanche 9 Août à 15:35

    Salut

    Ici c'est la canicule mais on commence à avoir l'habitude
    On boit beaucoup en restant rideaux fermés.
    Pas besoin de ventilo.

    Bonne journée

    12
    Dimanche 9 Août à 01:27

    Bonjour ma chère Simone,

     

    Depuis un certain temps, on s'aperçoit de l'appauvrissement de la littérature.
    Les autobiographies sont généralisées sur les blogs.
    Sur les réseaux sociaux, les personnes sont devenues journalistes.

    Ce qui fait un écrivain, c'est la manière de savoir dompter l’écriture avec talent.
    Normalement, celle-ci demeure très personnelle.
    Il arrive que la poésie des mots enchante.
    Cependant, les poètes ne sont plus à la mode.
    Personne n'est demandeur d'un tel genre.
    Faut dire que le livre a pris un coups de vieux, avec tous les moyens déployés par les technologies nouvelles.

    Pourtant je suis assez épaté d'apprendre que les français lisent de plus en plus.
    Ce qui est donc à l'inverse de mes pensées...mais les sondages sont plus fiables que mes impressions non fondées.
    En effet, je ne me base sur aucune étude pour sortir ce que j'écris.
    Alors que selon cette dernière, les français sont friands de lecture.
    Ils lisent en moyenne 20 livres par an...alors qu'ils n'en touchaient que 16 en 2015.
    Cette forte augmentation s'explique par la lecture du livre numérique.... qui est devenu aujourd'hui le moyen de suivre des auteurs.

    Les français aiment s'instruire et découvrir d'autres contrées, grâce aux livres.
    Dix sept livres sont lus d'une manière traditionnelle et trois au format numérique.

    Selon les résultats d'une enquête, 90 % de français ont lu un livre au cours des douze derniers mois (bandes dessinées incluses).

    Un tiers lisent pour approfondir leurs connaissances.
    Ce qui est mon cas.
    Je ne lis que des ouvrages scientifiques, géographiques, historiques, artistiques, techniques, tout en prenant un grand plaisir.

    L'entourage influence évidemment sa propre lecture.
    Lorsque j'étais encore marié, ma femme m'a fait découvrir certains auteurs renommés.
    J'étais donc plus sensible aux romanciers du moment...qui avaient du talent.
    Je lisais donc moins de livres éducatifs.
    Evidemment, ma lecture de prédilection est celle sur l'univers.
    Sauf que j'ai bien conscience que dans ce domaine, nos connaissances pataugent un peu dans la semoule.

    Mes bouquins qui datent de cinquante ans, ne sont plus à la page.
    Car ce n'est pas tous les jours qu'on découvre de nouveaux éléments...dans cette étendue si lointaine.
    C'est à dire que les spécialiste de ce sujet sont limités à se satisfaire de ce qui gravitent autour de nous.

    Tout ce qui se trouve plus loin demeure inexploitable...car inexplorable.
    Nombreuses sont les observations par un moyen détourné...afin de connaître mieux le cosmos.
    Par exemple il est impossible de voir une planète qui gravite autour d'une autre étoile que la nôtre.
    Sauf que la lumière émise par ce lointain soleil sera réduite, pendant le passage d'un astre .

    Cette façon de faire est astucieuse.
    Ensuite les mathématiques viennent en aide aux chercheurs.
    D'autres astrophysiciens sont totalement dans la suggestion scientifique.
    Les calculs permettent de démontrer certains mystères.
    Mais pour le lecteur lambda que je suis, est-ce que les mathématiques prouvent réellement l'existence d'une matière invisible...ou si ces calculs sont adaptables...selon le désir du chercheur.

    Les connaissances sur le cosmos sont à peu près toutes déjà diffusées.
    Depuis le temps que je lis sur ce sujet, il est très rare qu'une nouveauté apparaisse.

    Il y a donc obligatoirement des relectures...puisque la connaissance dans ce domaine demeure limité.
    Malgré tout, je demeure toujours éblouis pas la vision du ciel.

    Même en restant qu'un simple lecteur, je parviens à prendre conscience de la grandeur de cet univers et de tous les secrets qui s'y trouvent.
    Secrets que l'homme ne pourra jamais réellement contrôler, puisqu’aucun voyage ne sera possible.
    Les espace sont si éloignés...que la proche banlieue de notre système solaire demanderait dix mille ans pour être atteinte.
    Nous sommes donc loin d'aller au-delà de notre petit système planétaire.

    Alors les scientifiques se rabattent sur la planète Mars.
    Elle est toute proche et pourtant encore inaccessible pour l’homme.

    Cependant, elle est la prochaine exploration qui demeure envisagée.
    Je ne serai sans doute plus là, pour la voir.

    Quelques astrophysiciens sortent des théories qui seraient possibles.
    Elles sont contrôlables mathématiquement.
    Ce qui ne veut pas dire qu'elles sont réelles, puisqu'elle resteront à jamais incontrôlables.

    Heureusement que le domaine qui attire ma curiosité ne se limite pas qu’au cosmos.
    Parfois je redescends sur terre pour lire l'histoire de France ou du monde.

    Il y a tellement de domaine à suivre... qu'une vie ne suffit pas.
    Les français sont comme moi. Ils se plaignent d'un manque de temps pour s'adonner à la lecture.



    Je rêvais d'écriture et surtout d'être lu.
    Je suis comblé depuis que j'écris tous les jours, le menu du restaurant où je travaille.

    Certes, je n'aurai pas le prix Goncourt.

    Je suis convaincu par contre que je serai lu, beaucoup plus que les auteur les plus titrés.

    C'est donc une grande joie pour moi, d'avoir trouvé le chemin d'une renommée anonyme.



    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.


    11
    Jacqueline
    Samedi 8 Août à 23:09

    Les pounettes  étaient en admiration devant le coussin et la petite souris .

    Merci pour ce bon moment de partage Simone

    Piscine ce tantôt ,  c'est encore là  que nous sommes le mieux .

    Passez une belle fin de soirée et surtout un  très  bon dimanche .

     

      • Lundi 10 Août à 11:33
      • Jacqueline
        Samedi 8 Août à 23:16

        Joli montage d'ailleurs le chat devant le coussin .

        Trop top

        Vous avez le chic Simone  pour nous trouver de forts belles images

        Merci pour tout  .

    10
    Samedi 8 Août à 12:05

    Salut,

    Au moins l'écrivain a trouvé du travail, MDR

    Le temps est toujours à la canicule.

    On peut faire quelques travaux de jardinage le matin d'un côté de la maison mais l'après midi on se terre.

    Bonne journée

    9
    Samedi 8 Août à 05:41

    Les deux sont supers !

    Je te souhaite un bon week end avec déjà 29° dans la maison, tout grand ouvert et pas un poil d'air !Je fais vite un petit tour de blogs pendant que j'en ai encore la force ...

    Gros bisoux, ma simone ♥

     

    8
    Vendredi 7 Août à 20:45

    la photo est géniale. Bises et merci pour ta visite. 

    7
    Vendredi 7 Août à 19:06

    Oh que oui ! Merlin est adorable...merci de ton gentil mot...Bise du soir

    6
    Vendredi 7 Août à 13:53

    Tu m'as fait rire merci. Bisous et bon week-end.

    5
    Vendredi 7 Août à 13:42

    Bonjour Simone

    Pas mal la première, je serais bien comme ça moi aussi lol

    Oh le voleur !

    Je te souhaite un bon week-end bisous

    4
    Vendredi 7 Août à 13:37

    coucou ,bien ton article happy bonne journée ,bien à l'ombre pour moi !

    Fichier

    3
    Vendredi 7 Août à 12:49


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :