• Ϛ⃘๑•͡ .̫•๑꒜ℒℴѵℯ❤

     

     

     

      

     •    Ne me laissez jamais tomber dans l'erreur vulgaire de rêver que je suis persécuté chaque fois que je suis contredit.
    •    Les gens ne voient que ce qu'ils sont prêts à voir.
    •    Ce que vous faites parle si fort que je ne peux pas entendre ce que vous dites.
    •    Ne choisissez pas la meilleure personne, choisissez la personne qui vous rend meilleur.
    •    Ne soyez pas l'esclave de votre propre passé.
    •    Une once d'action vaut une tonne de théorie.
    •    Mettez-vous en colère lentement - vous avez tout le temps.
    •    Ce dont j'ai besoin, c'est de quelqu'un qui me fera faire ce que je peux.
    •    Heureux l'homme qui entend ; malheureux l'homme qui parle.
    •    Un grand homme s’appuie sur Dieu. Un petit homme sur un grand homme.

     

     

     Ϛ⃘๑•͡ .̫•๑꒜ℒℴѵℯ

     

    Ϛ⃘๑•͡ .̫•๑꒜ℒℴѵℯ❤

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    27
    Dimanche 13 Septembre à 01:16

    Bonjour ma chère Simone,


    Le petit de l'homme ne parle pas lorsqu'il est bébé.
    Nous pourrions le mettre au sein d'une famille d'homo sapiens.

    Dans ce cas, il serait élevé à la manière des enfants de cette époque.

     

    Peut-être qu'avec les gênes dont il bénéficie, il serait l'Einstein de l'antiquité.

    Cependant, il pourrait être élevé par des parents adoptifs… qui ne seraient pas très raffinés.

    Il n'est pas dit qu'en grandissant, il se rendrait compte du décalage.

    Pour l'instant j'extrapole dans une situation improbable.
    Quoique dans ce monde, des communautés vivent comme dans ce lointain passé, avec le langage en plus.

    Le petit de l'homme moderne, ne sait pas encore énoncer des mots.
    Par contre il sait s'exprimer.

    Il est même capable de devenir rouge de colère, sans que l'on sache exactement pourquoi.

    La parole maternelle douce l'apaise.

    Le petit homme sait communiquer par des pleurs.
    Lorsqu'il a faim, il braille encore.
    En général, il dort beaucoup au début, pour se construire.

    Il mange lorsqu'il ne sommeille pas.

    Il pleure aussitôt qu’il s'éveille, c'est souvent pour demander la tétée.
    Il le fait aussi lorsqu'il demeure à l'étroit dans ses couches.
    Si les parents ont pris l'habitude de le bercer, il sera demandeur de ce doux balancement.

    Tout d'abord parce que celui-ci le rassurera, car maman ou papa sont à proximité.

    Bébé pleure aussi lorsqu'on le couche.

    Il sent qu'il va être seul, alors il montre qu'il n'est pas d'accord pour aller se mettre au lit.

    Il désire rester avec les grands.

    En fin de compte, le petit de l'homme demande souvent une présence.
    Ce qui ne l'empêche pas parfois de pousser une colère inattendue.

    Ce mystère ne sera réellement jamais résolu.

    Bébé pleure aussi lorsqu'il est fatigué.
    Aussi lorsque son rot n'a pas été complet.

    Puis c'est la véritable crise lorsqu'il fait ses dents.
    Le petit humain découvre la souffrance.

    C'est un moment pénible pour les parents et pour l'enfant.

    Le temps passe.

    Bébé fait parfois des sourires, sans que l'on sache pourquoi.
    Puis il pleure.

    Enfin, voilà l'instant magique où il balbutie certains mots, pas tout à fait finis.
    Les parents sont heureux, et ils prêtent l'oreille.

    L'enfant commence à parler.
    Il peut donc répéter des sons devant l'admiration des parents.

    En général, il dit les deux syllabes les plus faciles à prononcer.
    Donc elles seront tout simplement doublées.

    Papa, popo, bobo, mama.
    Ensuite son langage rapidement s'enrichira, s’il est en bonne ‘’ santé ‘’.

    C'est le moment où le gamin montre déjà son caractère, en répondant souvent le mot '' non ''.

    Habituellement, les parents bizarrement mettent leur langage à la portée de leur progéniture.

    - '' Bébé dodo ! '' dira la maman, alors que le petit couine de toutes ses forces.

    Il faut chantonner un morceau devant le berceau.
    Puis sur la plante des pieds, sortir de la chambre.

    A cet instant, bébé pleure de nouveau.

    Tout est à refaire, afin que le petit s’endorme.

    Il faut une grande patience et beaucoup d’amour.
    Par la suite, l’enfant demandera à ce que la porte reste ouverte.

    La lumière aussi devra rester allumée.
    Car souvent les enfants ont peur du noir.

    C’est bizarre que les gosses possèdent tous les mêmes craintes…même lorsque la famille demeure très équilibrée.

    En fin de compte, le langage deviendra très vite une routine… qui ne surprendra plus  les parents.

    Le petit homme fait rapidement des progrès… alors qu’il aura fallu des milliers d’années pour que nos ancêtres se comprennent.

    A présent, ils ont leur téléphone portable à 5 ou six ans.
    Les parents se réfugient derrière la bonne excuse sécuritaire.

    L’évolution mène à cette généralisation de la communication.
    Un gosse de 8 ans va plus vite que moi pour pondre un SMS.
    Ainsi va le monde, avec les technologies nouvelles.



    Bonne journée, mon amie.

    Gros bisous. dédé.

    26
    Samedi 12 Septembre à 11:34
    25
    Samedi 12 Septembre à 10:33

    Bonjour ,intéressant toutes ces  citations.bon week-end ,bises.

    24
    Jacqueline
    Samedi 12 Septembre à 10:27

    Passage du 107ème Tour de France à Crémieu | Isère Tourisme

      • Samedi 12 Septembre à 11:25
      • Samedi 12 Septembre à 11:24
      • Samedi 12 Septembre à 11:22

        LE TOUR DE FRANCE DEVANT MA PORTE - HUMOUR DU JOUR

         

    23
    Jacqueline
    Samedi 12 Septembre à 10:25

    Un peu de pub pour notre belle cité médiévale  mise à l'honneur demain .

    https://tourdefrance.ishere.fr/lyon-grand-colombier

    22
    Jacqueline
    Samedi 12 Septembre à 10:12

    Nous aimons bien la dernière , vous savez pourquoi ....

    Tout ce qui est petit est gentil ,  mais aussi , tout ce qui est grand est charmant .

    Belle fin de semaine à vous Simone

    Sourire, 437 belles citations & proverbes sur le sourire

    21
    Samedi 12 Septembre à 06:46

    .......Savoir écouter....et être écouté.....le meilleur des deux mondes..;)

     

    bon samedi Simone

     

    bise

      • Samedi 12 Septembre à 11:33
    20
    Samedi 12 Septembre à 01:51

    Bonjour ma chère Simone,



    Après le son qui n’est pas perçu, il y a aussi la voix qui reste inaudible.

    En remontant l’arbre généalogique de l’homme, au début celui-ci ne parlait pas.
    Il émettait des sons sans que ceux-ci soient compris par les autres membres du clan.
    La nuance des bruits émis, devait tout de même faire comprendre la colère.
    Ce que j’écris n’est qu’une déduction logique, car je n’étais pas là pour le constater.

    L’homme ne savait pas parler avec  répétition de mots.
    Ce qui l’empêchait de mentir ou de raconter des imbécillités.

    Cet homo Sapiens ne pouvait pas dire du mal de son voisin.
    Ce qui évitait des affrontements pour n’importe quoi.

    Pourtant il devait bien y avoir des intonations dans la voix… qui démontraient le bonheur ou la colère.
    A cette époque, la joie ne devait guère être démontrée…   car l’homme préhistorique n’était pas très expansif, ni expressif.

    Même aujourd’hui, nous rencontrons parfois des gens très aigris, dont le caractère n’est pas avenant. 

    Cependant, ce que j’écris n’est pas contrôlable.
    Car nous voyons toute l’attention que font les parents dans le monde animal, vis à vis de leurs petits.
    Elle prouve l’amour instinctif qui se dévoile.  

    Chez l’homo Erectus primaire, il devait y avoir un comportement identique.
    Nous pouvons nous en apercevoir en étudiant le comportement des grands singes.
    Ils sont tout de même très proches de nous, dans la manière de vivre.
    Nous pouvons ainsi nous projeter dans le passé, en les étudiant journellement.

    Ils font des mimiques qui laissent parfois supposer qu’ils sourient.
    Il n’en est rien d’après les experts….car le propre de l’homme est justement le rire.
    La différence entre les chimpanzés et ces ancêtres de l’homme, demeurent des expressions plus parlantes.

    Les Australopithèques étaient bien plus vieux dans cette lignée, avec un recul de 6 millions d’années. Ce furent eux les premiers bipèdes qui marchaient à la verticale.

    Il y a 600 milles ans, l’homo Sapiens fait déjà partie de l’homme moderne.
    Les lignes du visage démontrent des signes que nous comprenons tout de suite.

    Pour nous actuellement, nous nous apercevons que malgré le masque sur le nez, nous comprenons nos congénères.
    Nos seules références sont les yeux et les sourcils.
    Les rides frontales aussi.

    Du temps de l’australopithèque, le poil cachait celles-ci.


    Cependant l’homo Sapiens devait démontrer une grande intelligence…pour reproduire le feu et se vêtir de peaux d’animaux.
    Cette évolution ne se fit pas du jour au lendemain.
    Mais ne serait-ce que pour pouvoir se chauffer, il fallait entretenir le feu.
    Sinon la corvée de silex, était la seule manière de le reproduire.

    Comment cet aïeul a pu penser qu’en frottant deux cailloux, il pouvait créer le feu.
    Même de nos jours dans nos écoles, combien d’élèves pourraient reconstituer la chose.. ?

    A partir de rien, nous serions bien ennuyés pour coudre des peaux.
    Il faut tout d’abord tuer la bête, avec un objet pointu au bout d’un bâton.
    Ce qui n’est pas gagné.

    Ensuite il est nécessaire de dépecer l’animal et de tanner le cuir.
    Enfin, il fallait faire les aiguilles à coudre dans de l’os… avec un trou.
    Puis à l’aide de lanières, faire le tailleur.

    Cet inventeur n’a pas eu le prix Nobel, mais il le méritait.

    Le langage est venu tout seul.
    Peu à peu, les hommes de cette époque ont pondu des mots.
    Certainement que les sons étaient très limités.
    Mais le passage de ce savoir au fil des générations, a amené les hommes à parler entre eux.

    Et cela sur tous les continents du monde.
    Les langues furent donc diverses.

    Entre le temps des premiers mots prononcés jusqu’à l’imprimerie de Gutemberg, il aura fallu des milliers d’années.

    Et en quelques siècles, tout le monde a sa petite imprimante à la maison.
    Du moins dans les pays développés.

    C’est un peu comme la précision des horloges.
    Christophe Colomb en 1492, se servait d’un sablier depuis son départ d’Espagne.
    Le temps qui s'écoulait représentait environ une demi-heure, chaque fois que le sablier était retourné.

    C'est ainsi qu'il faisait le point pour se rendre aux Indes.
    Et il s'est retrouvé face à un continent inconnu.

    En 1967, la précision d'une montre était d'une seconde en une journée.

    A l'heure actuelle, la mesure du temps la plus précise, est d'une variation de 1 seconde… en 3 millions d'années.

    Le progrès permet ce genre de chose.

    L’évolution permet aussi une adaptation de l’être humain.

    C’est ainsi que l’homo sapiens fut un précurseur de cette marche vers le progrès.

    Vers le langage parlé, puis par la suite écrit.

     

     


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

    19
    Vendredi 11 Septembre à 06:57

    ...à chacun son opinion....savoir accepter la différence...!

     

    bonne journée Simone....

     

    bise

     

     

     

    18
    Vendredi 11 Septembre à 00:15

    Bonjour ma chère Simone,



    L'homme qui entend peut savourer la musique émise par une radio, ou comprendre le texte au cinéma ou les échanges verbaux à la télé.

    Il peut saisir les mots qui sont prononcés dans son entourage.
    Entendre est une sécurité pour sa vie.

    En effet, il est possible de savoir si un véhicule arrive, sur la voie routière.

    Par contre les automobiles électriques, ne font pas assez de bruit pour être repérées par nos oreilles.

    Le ''sauve qui peut'' prononcé par une personne, précise qu'un danger est imminent.

    Entendre, c'est aussi savoir ce qui se trame autour de soi.
    C'est donc être au courant de ce que pense l'entourage.

    Ouïr, fait partie de nos cinq sens… qui permettent de vivre normalement.
    Il est donc essentiel d’entendre pour communiquer.
    Sinon il est impossible de suivre une conversation.

    Etre dur d'oreilles est le début d'un handicap… qui empêche d'entendre tous les sons.
    Avoir l'oreille fine ne signifie pas que les esgourdes sont petites.
    Mais le moindre bruissement demeure décelable.

    On dit qu'une personne possède des oreilles décollées, lorsque sa tête ressemble à une cruche.
    Certaines très jolies femmes sont porteuses de tels pavillons auditifs.
    Elles cachent en général ce décollement, par une coiffure abondante.

    A l'inverse, un chauve n'a pas de solution, pour cacher son allure d'amphore.

    Etre Ouï signifie demeurer à l'écoute.

    Ce qui n'est pas toujours le cas à l 'école.
    Donc les élèves distraits ne comprendront pas le devoir… qu’il faudra faire à la maison.
    Ils seront pénalisés par une mauvaise note, car dans l’impossibilité de pondre des réponses aux questions.

    Par contre l'élève studieux sera à l'écoute de ce que dit le professeur des écoles.

    En général, ce sera l'élève qui sera le mieux noté.
    Car entendre c'est comprendre.
    Mais surtout écouter l’instit, c’est acquérir le savoir.

    Entendre facilite donc les grandes études, pour devenir peu à peu une élite.
    Ce qui n’empêche pas certains sourds, d’avoir de bons résultats scolaires.
    Mais au départ, ces enfants sont tout de même diminués, pour saisir assez tôt l’environnement qui les cerne.
    Ils doivent être dans des instituts spécialisés, afin d’apprendre la langue des signes.


    Il faut être doué et bien encadré, pour arriver à sortir du lot.
    Car il va de soit que les pistes de la vie professionnelle d’un malentendant, ne seront pas facilitées par son problème.

    Ce qui signifie qu'un élève bien entendant, aura un atout supplémentaire pour réussir dans la vie.

    C'est difficile de vivre ses premiers jours, dans un silence total.

     

    Le fait de mal entendre en percevant tout de même des sons, peut être amélioré par un appareillage auditif.
    En effet, les personnes concernées font sans cesse répéter les dires des autres.
    A force, elles abandonnent de demander ces répétitions… même si elles n'ont pas compris les mots énoncés

    C'est dramatique lorsqu'elles rient, alors qu’il faudrait pleurer.



    Entendre c'est vivre heureux.

    Car c'est savourer les petits oiseaux qui chantent, lorsque le printemps arrive.

    Le monde du silence est véritablement dramatique.

    Il isole la personne qui en est prisonnière, dans un environnement silencieux.

    Il enferme les gens malentendants dans un espace, où les sons ne sont pas perçus.

    Le bruit du vent dans les feuilles des arbres, ne peut pas être perceptible avec des oreilles défaillantes.

    Les pleurs d'un violon ne seront pas captés, dans un univers musical.

    Entendre, c’est se retrouver dans un milieu où le silence est rare.
    Il y a toujours un petit bruit de fond.

    Ne serait-ce que le passage d’un moustique dans une chambre… qui peut pourrir la nuit.

    Au Sénégal, le moindre insecte qui pénétrait la moustiquaire, devait périr pour me laisser dormir.

    Aujourd’hui, ce sont des acouphènes qui accompagnent mes soirs.
    Peu à peu, je me suis habitué à ces bruits bizarres.

    Ils ne sont pas constants, mais souvent ils reviennent.
    Les entendre...! prouve que mes tympans fonctionnent bien.


    Bonne journée, mon amie.

    Gros bisous. dédé.

     

     

    16
    Jacqueline
    Jeudi 10 Septembre à 08:06

    A méditer .....

    .Profitez bien  Simone , de toutes  " ces belles journées " que nous offre Septembre

     I collect smiles. Do you have one for me? | Dicton amour, Citation,  Proverbes et citations

      • Jeudi 10 Septembre à 11:34

         Kisses by PernilleoePrints on Etsy, kr40.00

    15
    Jeudi 10 Septembre à 06:57

    ...oui...les gens ne voient que ce qu'ils sont prêts à voir.....;)

     

    bonne journée Simone...

    14
    Jeudi 10 Septembre à 02:09

    Bonjour ma chère Simone,


    L’homme qui n’a plus accès à son passé, est une personne amnésique.
    Il se retrouve sans identité, et sans les passages de sa vie pour y accrocher le présent.

    La personne atteinte de la maladie d’Alzheimer a aussi un trouble avec sa personnalité, dans un moment de sa vie.
    C’est-à-dire que tout est très diffus dans ses pensées.
    Comme l’amnésique, elle ne reconnait pas ses proches.

    C’est sans doute ce qu’il y a de plus pesant pour l’entourage.

    Ne pas avoir de références concernant son passé, demeure très pénalisant.
    Surtout lorsque l’on sait que l’on se construit à partir de celui-ci

    L’individu qui ne possède pas de futur, aura écourté son passé.
    C’est la situation que subissent les personnes atteintes d’une maladie grave.
    Ce n’est pas facile de se dire qu’on va perdre la vie, même si les malades se raccrochent désespérément à l’espoir.
    Ce désir de prolonger le futur est tout à fait instinctif.
    La vie est un bien précieux qu'il faut respecter.

    C’est sans doute terrible de se voir partir peu à peu.
    Mais ce passage est le même pour presque tout le monde.
    Quelques soit l’âge, la personne qui subit ce moment est dramatique.


    Lucien mon voisin défunt, essayait toujours de me retenir un peu.
    Je pense qu’il craignait d’être seul, en sentant son départ très proche.



    Le passé permet aussi de se replonger dans l’histoire de France.
    Les cathédrales et les châteaux portent ce passé glorieux et magnifique.
    Surtout à partie de la Renaissance, où les demeures royales furent nombreuses.

    La plupart des châteaux de la Loire ainsi que Versailles, demeurent des palais somptueux.

    C’est le moment où les cathédrales s’élèvent dans le ciel avec la nouveauté qu’est le style gothique.

    Cette période architecturale succède aux constructions romanes.


    Les plus beaux édifices gothiques furent bâtis aux XIII ème siècle.
    Les voûtes, les arcs et les arceaux... forment les particularités de la nouvelle architecture.
    Les rosaces sont magnifiques.
    Le gothique devient flamboyant entre le XV ème et XVI ème siècle.


    La cathédrale de Strasbourg est fondée en 1015, et sera construite en 1220.
    Elle est l’édifice religieux le plus visité après notre Dame de Paris.

    Pendant deux siècles entre 1647 et 1874, sa flèche sera la construction la plus élevée du monde, avec une hauteur de 142 mètres.

    Dans cette architecture du moment, se mêle délicatesse et gigantisme.
    L’ingéniosité des bâtisseurs est incroyable, alors qu'il n’y avait aucune mécanisation.
    La finesse et le savoir-faire sont particulièrement déployés, chez ces artisans géniaux.
    Notre dame de Strasbourg se voit de loin, depuis la plaine d’Alsace.

    Il n’y a pas que l’architecture qui change à la Renaissance.
    La peinture est totalement bouleversée.

    Une véritable révolution picturale secoue le monde artistique.
    Sous l'influence italienne, le monde est représenté tel qu’il s’offre à nos yeux.

    Deux innovations traversent cette période nouvelle.
    La technique de la peinture à l’huile et les lois de la perspective.

    Les peintres flamands ont mis au point la technique de la peinture à l’huile.
    Ce qui permet de rendre les couleurs et les textures d’un grand réalisme.
    Cette nouvelle manière de peindre, permet la superposition de plusieurs couches de peintures, d’une grande finesse.

    Ce qui autorise des effets lumineux et ombrageux, d’une grande richesse.
    Les œuvres sont d’une authenticité jusque là jamais rencontrée, avec un rendu merveilleux.

    La découverte de la perspective constitue une réelle révolution picturale et architecturale pour les peintres et les dessinateurs.
    La vision du monde devient d’une plus grande vérité, avec un effet de profondeur étonnant.

    C’est grâce à un architecte florentin que ce nouveau procédé est établi.

    La peinture italienne du XV ème siècle devient d’un esthétisme époustouflant..

    L'effet de profondeur est obtenu par des lignes visuelles sur un point de fuite, déterminé par le regard du peintre.
    Ainsi les représentations sont d’un réalisme stupéfiant.

    Les peintres de cette riche période de la Renaissance sont nombreux en Italie.

    Raphaël, Michel Ange, Botticelli, Le Caravage, Tintoret, Le Titien, Véronèse, Giotto, Mantegna, Léonard de Vinci et bien d’autres, sont les grands maîtres de cette époque.

    L’Italie excelle par ces nombreux artistes talentueux.
    François premier sera stupéfait de constater cette richesse culturelle.

    D'ailleurs il sortira la France du ‘’Moyen-Age’’, par rapport au pays voisin qu’il admire.

    C’est lui qui fera venir le Grand Léonard de Vinci en France, accompagné de sa fameuse Joconde que tout le monde nous envie.

    Ce constat permettra à notre pays de se moderniser.
    Le roi de cette époque était un féru d’art.

    Ce passé demeure notre construction, au fil des siècles.
    Grâce à nos racines, nous sommes devenus un peuple raffiné par la culture.


    Ce n’est pas rien que de pouvoir étaler de grands noms historiques.
    Aussi bien militaires que dans les arts.

    C’est ainsi que ce construit une nation moderne.
    Notre vieux pays a une histoire riche.

    Notre passé influence notre présent.
    Il se base sur les progrès d’un pays, en entraînant son peuple vers lui.

    L’avenir reste toujours incertain.
    Vivons le présent, en ne reniant pas notre passé.


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

    13
    Mercredi 9 Septembre à 16:04

    Salut,

    Merci pour ces conseils.

    Le temps est beau alors on est sorti faire les courses .

    On y va vers midi chez Leclerc car il y a peu de monde et on est tranquille dans les rayons.

    J'espère que tout le monde va bien.

    Bonne journée

    12
    Mercredi 9 Septembre à 10:41

    Un bel article bonne journée bisous

    Fichier

    11
    Mercredi 9 Septembre à 00:58

    Bonjour ma chère Simone,



    Le passé est un temps dans une époque révolue.
    Ce sont nos mémoires qui permettent de se replonger dans ces moments de vie … qui représentent une autre époque.

    La vie ne peu pas être, sans avoir de passé.
    Surtout lorsqu'elle se projette encore dans le futur.


    Souvent, nous mettons en valeur les qualités des gens dans le passé.
    Les illusions datent de ces instants, où nous avions cru que l’avenir serait plus beau et prometteur que l’instant d’avant.

    Cet avant qui nous rend nostalgiques.
    Car nous avions la jeunesse et la santé… pour savourer la vie.

    Il y a tout d’abord l’innocence de l’enfance.
    La découverte curieuse de la vie, et de cette nature qui l’accompagne.

    J’étais petit et déjà formaté, par des idées reçues.
    J’avais depuis la fenêtre, entendu le ‘’cuicui’’ d’un oiseau qui se trouvait dans le jardin.
    J’étais descendu dans ce coin, et j’avais recueilli le petit animal dans le creux de ma main.
    En remontant dans la maison, mon frère m’avait dit que c’était une souris. 
    Du coup, j’avais balancé le petit rongeur par la fenêtre.

    Ce qui prouve que je n’avais pas fait la différence visuelle entre la souris et un oiseau, et que ce que j’avais entendu m’avait conditionné.
    La souris représentait un danger pour maman.
    Tant que j’ignorais la forme de la bête, je ne la craignais pas.
    Mais le nom m’avait tout de suite alerté, dans la demie seconde qui suivait.

    C’est l’apprentissage de la vie.
    L’enfance malheureusement n'est pas toujours heureuse, mais elle reste porteuse d’innocence.

    Je ne possédais pas de rêve pour le futur.
    A 14 ans, j’étais surtout branché sur le cosmos.
    Je désirais construire une fusée, afin de faire des essais.
    Ce qui évidemment, n’a jamais été réalisé.

    Pourtant à seize ans, je possédais le même amour pour le ciel étoilé.
    Et cet amour fut durable plus que mes conquêtes de coeur.
    En effet, à presque 73 bougies à souffler sur le gâteau, ma curiosité pour l’univers ne m’a pas quitté.
    Pourtant depuis mes jeunes années, des hommes ont marché sur la lune.
    Des sondes spatiales se sont posées sur Mars.
    Certaines sont allées plus loin que Pluton.
    C’est-à-dire presqu’en dehors du système solaire.

    Il y a les trous noirs... qui sont expliqués.
    Ils demeurent tout de même un grand mystère, même si les mathématiques prouvent leur existence.

    Vivre dans son passé c’est aussi regretter les personnes disparues.
    Il est possible de se remettre dans la situation où elles étaient présentent, grâce aux souvenirs.
    Les visages restent ceux que nous avons connus.
    Il n’ont pas pris une ride malgré les décennies qui passent.

    Pour les amis décédés, les traits de leur faciès sont plus floues.
    Sans doute parce qu'ils eurent une présence moins intense avec nous.


    Etre nostalgique de l’ancienne époque, permet de constater les progrès réalisés.
    Chez mon oncle, il n’y avait pas encore l’eau sur le robinet.
    Le paysan qui se trouvait à côté, travaillait avec un cheval.
    J’allais avec lui pour récupérer les vaches dans le pré.
    Nous passions à proximité d’un lavoir, où les femmes causaient tout en lavant le linge.

    Ce monde était encore très peu mécanisé.
    Le fermier qui était assis pour traire les vaches à la main, représentait un travail phénoménal.
    Le foin se ramassait à la fourche.
    Pour mettre en route une automobile, il fallait tourner une manivelle.

    Vivre cette époque et celle de nos jours, demeure une grande chance.
    Car tous les gens de ma génération, peuvent constater les différences énormes en peu de temps.

    A l’époque, il était impensable de prendre un avion, ou de téléphoner.
    Il n’y avait que les personnes aisées... qui pouvaient se payer un téléviseur.

    Mon enfance fut bercé par la radio et les artistes du moment.
    Edith Piaf, était la star incontournable. 
    En 1955, j’écoutais avec maman Pierre Bellemare, dans l’émission ‘’ Vous êtes formidable ‘’.
    En écrivant ce titre, ma mémoire fait un bon en arrière.
    J’avais sept ans, et pourtant je m’en souviens encore.

    Je pense que l’on ne peu pas effacer le passé.
    C’est lui qui nous construit.

    Il y a toujours des drames traversées au bout d’un certain temps, et aussi des moments merveilleux.

    De plus, avoir un long passé prouve une chose.
    C’est que nous avons la chance de bénéficier d’une vie assez longue, pour pouvoir en dire deux mots.

    Et cette époque qui ressemblait presque à celle du moyen-âge, prouve que nous avons pris beaucoup d’années.

    Certes, le futur sera systématiquement plus court que le passé.

    Mais ce fait ne doit pas nous empêcher d’apprécier la vie tous les jours, en ne manquant pas de projets.


    Car l’espérance de vie demeure bien plus élevée aujourd'hui.
    A 73 ans, nous pouvons encore avoir un avenir prometteur.


    Bonne journée, mon amie. 
    Gros bisous. dédé.



    10
    Mardi 8 Septembre à 21:01
    Coucou Simone De bons conseils... Bonne soirée et peur être à tout à l'heure Bisous Aimée
    9
    Mardi 8 Septembre à 19:46
    Bonne soirée à toi. Bisous
    8
    Mardi 8 Septembre à 18:17

    beau billet. Merci de ton passage par chez moi  bonne soirée

    7
    Mardi 8 Septembre à 17:10


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :