•  

     

     

    Du sport pour apaiser ses émotions.

     

     

     

     

     

    S’émouvoir et se mouvoir. Les deux verbes, issus du latin movere , « remuer », nous rappellent qu’une émotion est une mise en mouvement.
    La colère nous donne envie de frapper du poing, la peur coupe le souffle, la tristesse déclenche des larmes, l’amertume fait cogiter…

     Toute agitation de l’âme modifie le rythme cardiaque, la respiration, la température corporelle, les sécrétions hormonales, la tension artérielle, l’activité musculaire et cérébrale, exactement comme le sport.
     L’activité physique consume le cortisol, hormone du stress, évitant ainsi qu’il ne nous consume.
     La tristesse...
       Cultivez l’enthousiasme !

    Ce qu’il vous faut. De l’action et du contact, car la tristesse a tendance à engendrer l’immobilisme et le repli sur soi. Une activité qui permet d’accepter l’imperfection et la répartition des responsabilités se révélera bénéfique pour qui a tendance à se réfugier dans la déprime et à se déprécier.
     La colère...
      Développez la compassion

    Ce qu’il vous faut. « Une activité qui reprend l’énergie de la colère mais qui l’exprime sans violence, en s’auto-contrôlant de façon à aller avec et non plus contre ».
     La peur...
      Renforcez votre confiance en vous

    Ce qu’il vous faut. Une expérience sportive qui confronte à ses peurs tout en assurant la sécurité. « Il faut choisir une activité qui favorise le courage et le dépassement de soi. Il est aussi important de réaliser soi-même les gestes techniques ».

    Conseils de psychologue

     

     

    Du sport pour apaiser ses émotions.


    88 commentaires