•  

     Je n’aime pas les au revoir.

     


    Qu’il s’agisse de quitter temporairement des proches ou de mettre fin à une relation amoureuse, les séparations sont rarement agréables. Pour certains, ce sont de véritables déchirures.
     Pourquoi certains ont-ils autant de mal à se séparer ? Comment s’éloigner avec plus de sérénité ? À l’ère de Facebook et Twitter, où chacun se doit d’être joignable à chaque instant, le lien permanent nous enchante. Il rassure : « les nouvelles technologies semblent combler tous les manques. » Elles nous évitent de dire au revoir. « Car la séparation n’est facile pour personne. »
      J’aspire à être quelqu’un d’autre
    Tout à coup, on prend conscience que l’on aspire à autre chose, à une autre façon d’être. Comme si l’on découvrait un nouveau soi, un soi potentiel ». L’au revoir sonne comme un brutal rappel au réel.
    J’ai peur d’être jugé
    Parfois ces peurs archaïques inhibent au point de nous faire maintenir un lien même bancal, même destructeur.
    Et si je n’existais plus ?

    Les séparations réactivent toujours d’anciens schémas d’abandon ou de perte.
    Que faire ?
    Reconnaître le désir de changement : « Si, après des moments de joie ou de sérénité profondes, vous vivez mal la fin des festivités et vous interrogez, profitez-en !
    Accepter la frustration
    « L’angoisse est nécessaire dans la constitution d’une personne “individuée”, qui accepte de vivre des moments, parfois longs et douloureux, de solitude
    Parfois, nous sommes pris au piège dans un émotionnel d’enfant et gagnerions à nous désengager des peurs du passé.

    En partenariat avec Psychologies

     

     

    Je n’aime pas les au revoir.


    45 commentaires