•  

    Reprendre confiance.

     

    Reprendre confiance.

    « Allez ! Tout ne va pas si mal, ma bonne dame ! Il faut re-la-ti-vi-ser ! »  Relativiser ?
    L’injonction semble facile, illusoire. Et pourtant, si l’on en revient au sens plein du terme, relativiser ses peurs constitue une première étape qui permet de les comprendre. Donc de les apprivoiser et de les dépasser.

    Relativisme : le grand mal de notre époque, diront certains, l’ennemi juré de la vérité.
    Étymologiquement, « relativiser » signifie « mettre en rapport avec autre chose ». C’est cesser de considérer une situation pour elle-même, en elle-même pour, au contraire, revenir au réel de la comparaison.

    Cette démarche de rationalisation se révèle cruciale lorsque la peur domine. À quel point ma peur est-elle justifiée ?

    Mais notre société a d’autres préoccupations que la philosophie de Sénèque : l’économie, la politique, le social, voilà tout ce qui compte, ce qui mérite de faire l’information. 

    Quand il s’agit d’avoir, ou non, une attitude positive face à la vie, ce n’est pas tant le réel qui importe que le discours que l’on tient dessus.

    Se remémorer des épisodes passés et les comparer au présent, c’est aussi cela, relativiser – et calmer ses peurs.

    Se sentir impuissant, un choix inconscient ?
    Si nous nous sentons impuissants face à l’avenir, c’est aussi parce qu’il nous arrive de choisir l’impuissance.

    Autre effet secondaire – bénéfique, celui-là – du catastrophisme : il nous oblige à repenser la quotidienneté.

     Dans un confort total, trouver du sens à sa vie est difficile.

    Conseil de spy.

     

    re-la-ti-vi-ser !


    45 commentaires