•  

    Je ne supporte pas d’attendre.

     

    Stimulante quand elle est modérée, l’impatience peut être signe d’immaturité et devenir un sérieux handicap.
     Savoir attendre son heure et prendre son mal en patience n’est facile pour personne.
     De l’avis des psychanalystes, ces adultes hyperpressés sont inconsciemment restés au stade de la toute-puissance infantile, quand l’enfant a l’impression que sa pensée est magique, qu’elle peut faire advenir ou disparaître les êtres et les choses.
    Une des voies pour se libérer de l’hyperimpatience est la prise de conscience corporelle.
    Que se passe-t-il en moi ? Mon corps est-il tendu, transpire-t-il ? Grâce à lui, on sait si l’on est triste, en colère, déprimé, agressif… C’est toujours mieux que le refoulement.

    Privilégiez l’observation, la réflexion, les relations longues, plutôt que l’action. Les impatients entrent brutalement dans le sujet. D’une part, restez ferme : ne cédez pas à la frénésie, ne vous laissez pas entraîner dans son maelström, ne changez pas de projet même s’il le demande. D’autre part, restez tolérant.

    Elle déteste que l’on la fasse attendre.  Si une robe lui plaît, elle l’achète, le lendemain, elle n'en a plus envie. Sa devise “Tout, tout de suite !”


    En partenariat avec Psychologies

     

     

    Je ne supporte pas d’attendre.

     

     

     

     

     


    51 commentaires