•  

     

     

     


    À l’origine de la Journée de la gentillesse,  le don de soi n’est pas toujours si généreux qu’on le croit.
    Elle disait "Je suis trop gentille et, à la longue, j’en subis les conséquences. Pendant nos dernières vacances en famille, je me suis aperçue que je donnais plus que les autres, sans rien recevoir. J’en ai marre d’être une bonne poire ! » 

    Le rôle de Bon Samaritain dans lequel on se complaît ne date pas d’hier : Il s’agit souvent de la place qui nous a été attribuée, consciemment ou non, dans l’enfance.
    Je veux être aimé.
    C’est là le hic. Si nous sommes « aimables », c’est bien pour être aimés en retour.
    Les meilleures intentions peuvent friser la manipulation, sans que cela soit conscient. Tout faire pour les autres est une façon de prendre le pouvoir et de garder le contrôle.

    Identifiez vos points forts, car vous possédez certainement d’autres qualités que la gentillesse. Et puis déterminez vos limites.

    Être soutenu pour oser dire non pour formuler vos besoins peut s’avérer nécessaire.  Parce qu’à force de les refouler vous pourriez somatiser. Et la Cocotte-Minute imploserait.

     

     

     

     

     


    59 commentaires