• Facile....

     

     

    Facile....

     

     


    Il est plus facile de mentir que de dire la vérité. Plus facile de trahir que de rester fidèle. Plus facile de fuir que de faire face. Plus facile d'oublier que de s'engager. Certains ont choisi la facilité et d'autres ont compris que le bonheur se gagne dans la difficulté.

     

     

     

    Facile....

     

     

     

     

    Facile....

     


  • Commentaires

    20
    Samedi 24 Août à 10:29

    Bonjour ma chère Simone,


    Lorsque j'étais gamin, je recevais une correction presque tous les jours.

    j'ai compris qu'il ne fallait surtout pas dire tout le temps la vérité.
    Le mensonge était donc plus avantageux que de dire réellement ce que j'avais fait...car il était évident que les sévices étaient moins courants.

    Par exemple lorsque je me mettais entre mon père et ma mère du haut de mes 4 ans...j'étais sur le chemin où la violence de mon père ne pouvait que se porter sur moi.
    D'autant plus que je représentais le seul rempart fragile...pour tenter de sauver ma génitrice.
    Mais ce qui était le plus énervant pour mon créateur, c'était mes mots.

    En effet, je lui disais:
    - '' t'es pas un homme.... ! ''.

    Celui-ci me disait en criant ;
    - '' Qu'est ce que tu dis...p'tit con … ! ''.

    - '' Un homme ne frappe pas sa femme...'' ripostais-je aussitôt ''.

    Ces simples mots qui pourtant retraçaient la vérité...mettait hors de lui la terreur de la maison.
    Evidemment, celui-ci me soulevait aisément par la tête...avant de m'envoyer violemment sur le sol.

    Je ne pleurais jamais.
    Au contraire...je revenais à la rescousse pour défendre ma mère.
    Hélas, je n'avais aucune chance contre mon père.

    Mon frère qui était pourtant l'aîné...ne se mouillait guère.
    Il regardait le déroulement de la crise, sans rien dire.

    J'étais petit, mais j'avais du caractère.
    Pourtant en temps de paix, mon père ne m'en voulait pas plus que mon frère.


    Lorsque mon aîné me cherchait des histoires...alors que nous dormions dans le même lit.
    Mon père venait nous donner la correction du soir.

    Mon frangin et moi, recevions des coups de ceinturon.
    Sauf qu'au premier coup reçu, mon frère pleurait.

    Et comme ce n'était pas mon habitude de verser des larmes...c'est mon dos qui était pris comme cible.

    Je ne pouvais pas tricher.
    La haine me faisait supporter le châtiment donné...sans gémir.
    Dans mon esprit, il ne fallait donner aucun plaisir à mon père.

    Aujourd'hui en analysant la situation....si j'avais eu un comportement collaboratif avec mon père, je n'aurais pas eu autant de sanctions.
    Fallait-il jouer à ne rien voir et çà se taire...en faisant la politique de l'autruche..!
    Sans doute que oui.
    Mais cette résistance envers mon père...démontrait à ma mère que j'étais de son côté.
    Ce qui était tout de même important pour elle, même si elle n'aimait pas me voir battu.

    Tout cela pour dire que parfois le mensonge peut sauver une personne...alors que la vérité l'accuse.

    Il en est de même avec la justice française.
    Le doute préserve l'accusé.
    Il vaut donc mieux qu'il utilise le mensonge...
    pour éviter de se retrouver derrière les barreaux.

    En disant la vérité...il se condamne lui-même.  oh.


    Bonne journée, mon amie.

    Gros bisous. dédé.

    19
    Samedi 24 Août à 05:41

    bonjour Simone....

    tout le monde est un petit cadeau à sa manière...;)

     

    bon samedi

     

    bise

     

    ly 

    18
    Jacqueline
    Vendredi 23 Août à 13:43

    BONJOUR dame Simone

    Des sourires à profusion " pour cette fin de semaine " , nous vous déposons .

    Le retour se  faisant Dimanche (ça circule beaucoup mieux ) il vous faudra attendre les prochaines vacances (sourire) pour en recevoir à profusion .

    Passez une " fort belle fin de semaine " et profitez de ces belles journées ensoleillées .

     C'est le cadeau des filles yes 

      • Samedi 24 Août à 12:24

          

    17
    Vendredi 23 Août à 11:22

    Bonjour ma chère Simone,



    Mentir permet parfois de ne pas subir de sanctions.
    Dans ce cas, il est compréhensif que la vérité soit cachée.
    Surtout si celle-ci est sujette à des réprimandes.

    Le mensonge peut parfois sauver la vie.
    Dans ce cas, il est essentiel de ne pas dire la vérité.
    Car la mort est la punition ultime.

    Il faut à tous prix qu'elle puisse être évitée.
    Tous les moyens sont bons pour sauver sa peau...sans néanmoins mettre en danger celle d'autres personnes.
    Car un mensonge dans ce but, serait impardonnable.

    Il est difficile de savoir ce que nous ferions...dans le cas d'une mort probable.

    Mentir pour faire condamner un innocent, est une méthode peu glorieuse.
    Pourtant ce moyen de se disculper a certainement été souvent utilisé.

    Il est certes peu louable...mais l'instinct de conservation prime, lorsque sa propre vie est mise en cause.

    Alors le gibet est dresser pour des personnes qui clament leur innocence.
    Le mensonge aura sauvé celui qui devait rendre son âme à dieu.

    Il la remettra peut être au diable...mais pour l'instant il vit.
    Ce mensonge est donc le pire...puisqu'il a mort d'homme.

     

    D'autres mensonges sont futiles.
    Parfois même inutiles.

    Mais certains êtres humains sont capables de cacher la vérité...rien que pour être bien vu par la hiérarchie.

    Il est reconnu dans les entreprises... qu'il vaut mieux être un dénonciateur pour être bien vu.
    Ce qui ne veut pas dire que ces personnes sont estimer pour leur droiture.
    Mais elles rendent service, pour savoir ce qui se passe dans les ateliers.

    Lors d'un stage dans la marine....j'étais sous haute surveillance.
    En effet, je sortais beaucoup à l'époque...plutôt que d'étudier mes cours.
    Pourtant mes notes étaient dans la moyenne....car je bénéficias d'une mémoire exceptionnelle.

    Je me suis rendu compte que le capitaine...connaissait absolument tout ce que je faisais.

    Il y avait donc un donneur... qui était sans doute proche de moi.
    Mais je n'ai jamais su qui il était.

    Ce genre de personnage qui vendrait père et mère n'est vraiment pas très glorieux dans sa manière de faire.
    Mais il y a toujours ce genre de gaillard...dans toutes les sociétés.


    Comme mon comportement militaire n'était pas exemplaire...par des sorties nocturnes bien arrosées, le directeur du stage m'avait menacé.

    Celui-ci était venu me voir pour me dire:
    - '' Si vous voulez avoir votre stage en poche, je vous interdit de sortir durant le reste de vos études...! ''.

    Le soir même...j'étais dans la rue de la soif à Cherbourg.

    Lorsque les notes sont tombées...je me suis rendu compte qu'une de celle-ci avait été descendu. Elle avait malheureusement un fort coefficient.

    Ma moyenne était de 11, 87...et il fallait 12 pour être reçu.

    Arrivé à ce stade, il est certain qu'il y avait eu une manipulation.

    Plus tard sur le porte-avions Clémenceau, nous passions chaque année devant le commandant et les officiers des différents services.

    Lorsque mon tour arriva de passer à la moulinette...je ne savais pas ce que l'on me sortirait.

    Je faisais plutôt bien mon boulot.
    En rentrant, il fallait saluer et rester aux gardes à vous.

    L'ambiance était celle d'un tribunal.

    Trois tables formaient un ''U'' avec moi debout au centre.
    Tout autour de celle-ci, se trouvaient les officiers assis.

    Le pacha prit la parole:

    - '' Quartier maître de première classe Guidemann, il paraît que vous ne connaissez pas votre métier...! ''.

    Surpris par cette affirmation, je ripostais aussitôt :

    • '' Si je ne connais pas mon boulot...personnes ne le connait.
      ...car c'est moi qui forme tous le personnel...! ''.

      Un silence pesant venait d'assommer mes supérieurs...par ma réponse inattendu.

      C'est à ce moment là qu'un capitaine baignant dans sa sournoiserie, sourit d'une manière ironique en me disant....:

      - '' vous avez échoué aux cours de quartier maître chef....:! dites-nous

      pourquoi...?

      Le gaillard savait ce qui s'était passé à Cherbourg.
      Je ne lui donnerais pas la joie de jouir.

      Droit dans mes bottes je dit à l'assemblée :

      - '' Par manque de travail...et de sérieux !

      Ma voix n'avait pas tremblée et personne ne s'attendait à une telle réponse.

      Alors le commandant me donna l'ordre de partir...avec un air sec.

      Ma vérité avait sans doute déstabilisé tous ces hommes qui essayaient de m'empêtrer dans de plates excuses.

      Je n'ai pas essayé de contourner l'obstacle.
      Je l'ai pris de face...en conservant ma dignité.   


      Bonne journée, mon amie.
      Gros bisous. dédé.

    16
    Jeudi 22 Août à 17:07

    ...bonjour Simone...

     

    magnifique image de présentation....toute vérité qui ne font que blesser n'est pas bonne à dire....

     

    de ces temps-ci c'est bien difficile avec CB....

     

    bonne journée

     

    bise

     

    ly 

    15
    Jeudi 22 Août à 10:19

    Bonjour ma chère Simone,


    Le mensonge est parfois nécessaire pour cacher une maladie à sa famille.
    Ainsi, les parents se font moins de soucis.

    C'est ce que je fis lorsque je passais sur le billard....alors que je vivais loin de ma mère et de mes sœurs.
    En général, elles me voyaient arriver pour un repos dit de convalescence ...après une hospitalisation.

    Comme tous dangers étaient écartées, ma famille ne se faisait plus de mouron.
    Sauf une fois...où l'intervention s'était suivie de complications.
    Je fus donc contraint d'être de nouveau hospitalisé à Nancy....devant ma famille qui pleurait.

    C'était ce que je redoutais le plus.

    J'avais aussi un compagnon de chambre qui était condamné.
    Sa femme avait demandé au chirurgien et à moi, de ne rien dévoiler.

    Mentir c'est aussi se taire sur un événement.
    J'avais donc montrer aucun signe désespérant pour cet homme...qui passa son hospitalisation en ne connaissant pas la réalité de son état.

    Je ne sais pas ce qui c'est passé par la suite...car ce fut l'époque de mon divorce et de mon déménagement.

    C'est ce que l'on nomme mentir pour la bonne cause.
    C'est à dire que le mensonge devient une qualité.

    Sinon, je ne vois pas l'intérêt de mentir...lorsque l'on se fait prendre avec les doigts dans le pot de confitures.
    Il vaut mieux accepter d'être pris en flagrant délit...sans chercher à noyer le poisson.

    Gamin, j'avais le droit alors à des coups de ceinturons.
    Mais mensonges ou pas, le traitement était le même...selon la forme de mon père.

    Rares étaient les soirées où le fouet, ne faisait pas vibrer la peau de mon dos.

    En général, c'était lorsque j'étais couché dans mon lit... que la sentence avait lieu.
    Il fallait que je m'allonge sur le ventre...et le cuir venait frapper le dos avec une brûlure intense.

    L'avantage de ce régime fut sans doute que j'ai résisté plus que d'autres à la douleur.

    Le mensonge n'était donc pas un refuge...pour me disculper d'une faute.
    Je préférais annoncer tout de suite la vérité.

    Le mensonge est l'arme des faibles.
    Je comprends par contre que l'on puisse dévoiler un secret sous la torture.
    Car les personnes qui sont des maîtres dans cette matière...connaissent les points douloureux du corps humain.

    C'est une honte pour un pays, de pratiquer ce genre d'exercices.
    Pourtant tous l'on pratiqué pendant les guerres qu'ils ont connu.

    Notre démocratie fut comme les autres barbares, en commettant ces gestes infâmes du châtiment corporel pour faire avouer.
    En Indochine et en Algérie, nous ne nous sommes pas conduit avec honneur.

    Il est vrai que les atrocités des guerres nous font faire n'importe quoi.
    Mais ces pratiques sont condamnables par le traité de Genève et surtout par la morale.

    Un grand pays démocratique ne doit pas se comporter ainsi.

    Ce mensonge d'état est tenu secret pendant plusieurs décennies...puis il finit par se savoir.

    Alors un état qui fait la morale à d'autres...en demandant plus de démocratie, est vraiment fragilisé avec son passé noir très proche.

    Pour faire la leçon à d'autres...il faut évidemment être irréprochable

    La vérité dit-on, sort souvent de la bouche des enfants.
    Ceci est valable dans une conversation naïve.

    Mais quel est l'enfant qui n'a jamais menti...!

    Même avec ma franchise de gamin, je trouvais toujours une excuse pour braver les interdits.
    La seule manière qui pouvait me donner l'accord de ma mère, était donc de mentir.

    En devenant adulte, je ne me souviens pas avoir dit des mensonges.
    Sauf concernant la santé du monsieur.

    Le silence aussi peut être un mensonge camouflé.
    Car il permet de laisser passé la zone critique...avant de souffler un ouf de soulagement.

    La vérité est donc devenue le chemin emprunté par la majorité des gens...tant qu'elle ne blesse personne.

    Car nous pouvons aussi mentir pour ne pas causer de peine à nos proches.
    Dans ce cas, le mensonge n'est pas condamnable.

    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

    14
    Jeudi 22 Août à 07:53

    à bientôt

    13
    Jeudi 22 Août à 07:53

    bonne journée ! l'été revient

    bisous

    12
    Mercredi 21 Août à 22:09

    douce nuit bisous

    11
    Mercredi 21 Août à 22:07

    plus facile de mentir j'en sais rien mais plus facile de fuir oui ...mais faire face ça aide et ça soulage tellement

     bisous

    10
    Mercredi 21 Août à 10:23

    Bonjour ma chère Simone,


    Il est très difficile de dire réellement si le mensonge est plus employé que la vérité.

    En effet, les personnes qui n'ont rien à se reprocher....n'ont aucune raison de mentir.
    Sinon ce sont des gens qui sont atteints de mythomanie.

    Sont-ils responsables de leurs mensonges à répétitions.
    Je connaissais en Alsace un copain qui était atteint de ce mal.
    Il lui faisait dire parfois des contradictions monstrueuses.

    Fatigué de le voir vivre dans le mensonge...je l'avais expulsé de ma vie.

    Avais-je eu raison de me conduire de la sorte...?
    Il faut tout de même supporter un mythomane... qui raconte des salades à longueur de temps.
    Je préfère encore parler à un mur...qui demeure silencieux.

    La trahison fait très bon ménage avec le mensonge.

    Souvent ils sont même complémentaires.

    Trahir sa femme en la trompant...mène toujours au mensonge pour se blanchir.
    L'un sans l'autre n'est presque pas envisageable.

    Un jour je me suis fait arrêter dans la rue...par la femme d'un ami.
    Celui-ci avait une maîtresse.
    Et sans me prévenir, il disait à sa femme qu'il venait jouer à la belote chez moi.

    Comme je n'étais pas prévenu...je tombais des nues lorsque la femme trahie m'avait passé un savon.
    D'autant plus que je considérais bien cette dame...chez qui je me rendais souvent pour faire un repas.

    C'est difficile de trahir la femme de son amie.
    Surtout lorsqu'on a été présenté à elle.

    J'avais donc fait la morale à mon ami.
    Mais celui-ci n'en avait pas tenu compte.

    Que pouvais-je faire d'autre..?
    Je ne pouvais tout de même pas le dénoncer..!
    Ce jour là, j'avais dit à sa moitié... que j'étais au courant de sa liaison.


    Tout compte fait, celle-ci s'était rendu compte que j'étais de bonne foi, et s'était radoucie.


    Je m'en rappellerai toute ma vie...car c'était le jour de ma rupture sentimentale la plus douloureuse de ma vie.
    J'étais sortis pour ne pas rester seul dans mon immeuble...au septième étage.
    Ce fut la première rencontre que je fis après la fin de ma liaison.

    Je n'étais donc pas très bien dans ma peau...pour parler de mon ami.
    J'étais presque dans un état à me ramasser avec la petite cuillère...tellement j'étais mal.

    Je lui en avais fait part.

    C'est ce jour là que j'ai rencontré un peintre de Langres....avec qui j'avais bu un café.
    C'était un homme très peu expansif.
    Je geignais à côté de lui...dans mon état de désespoir.

    Pourtant, cet homme s'est suicidé une dizaine de jours après.
    Il avait donc ses problèmes... et je l'avais ennuyé avec les miens.
    J'avais honte.

    Peut être qu'au moment ou je me plaignais, lui aussi souffrait d'une trahison de la part de sa femme.
    Et il n'a pas pu supporter sa souffrance...qu'il gardait sans dire un mot.

    A sa mort, je me suis senti très égoïste.
    Mais comment aurais-je pu deviner..!

    La trahison la plus courante est donc l'adultère.

    Sans minimiser cette tromperie, la trahison devient beaucoup plus dramatique...lorsqu'elle touche directement la mort des gens.

    Combien de personnes furent dénoncées pendant la dernière guerre...par des proches.
    Le mari ou la femme, ou un ami familiale était souvent le corbeau.

    Cette trahison qui mène à la mort est évidement la pire.
    Comment vivre dans le mensonge avec des proches...après ce sombre comportement.

     

    Il ne faut avoir aucune morale pour se conduire ainsi.
    Et pourtant, elles furent nombreuses les victimes arrêtées sur dénonciations.

    Au fond de certains êtres humains, réside une noire mentalité.
    La simple jalousie peut porter cette haine meurtrière.

    Ces traîtres ont continué leur vie sans avoir de problème.
    Ils ont peut être été admirés par toute la famille.

    Le lourd secret fut conservé par un mensonge colossal.
    Il a accompagné ces funestes personnages... dans leur tombeau avec leurs secrets.

    Y a t-il un paradis pour ces monstres..?   sarcastic.


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé

    9
    nays
    Mercredi 21 Août à 08:51

    hello Simone

    oh mentir est un piège qui se retourne toujours a un moment donné  alors vaut mieux dire le vrai

    douce journée a toi  bisous ☺☺

    8
    Mardi 20 Août à 16:46

    je fais toujours face mais je fais des dégats

    par contre je fatigue a me battre voilà

    un gros bisous mon amie

    7
    Mardi 20 Août à 16:06

    Moi je ne me tracasse pas l'esprit 

    Je suis moi-même 

    Celui  qui ment est toujours pris à son propre  piège 

    Le naturel ressort au grand galop

    Jolie la carte que tu as postée sur ce billet 

    Bonne journée 

     

    6
    Mardi 20 Août à 14:45
    Pour moi le bonheur est simple quand on vit dans l'instant mais tout dépend ce que l'on entend par bonheur. Bisous
    5
    Mardi 20 Août à 14:00

    Bien ton article bonne journée bisous

    4
    Jacqueline
    Mardi 20 Août à 13:52

     

    Dire la vérité  ,  ne plait " pas du tout " .

    Nous l'avons appris  à  "nos dépens " , mais ne vaut il  pas mieux ?

    Faut il toujours" abonder "dans le même sens ou caresser les gens dans le sens du poil ?

    Pour nous impossible , c'est de l'hypocrisie pure et simple .

    Nous vous souhaitons  tous une belle fin de journée , sincèrement .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    3
    Dimanche 18 Août à 08:38


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :