• Fuß - голая - traed - ƙafa - ជើង - стопала

     

    Fuß - голая - traed - ƙafa - ជើង - стопала

     

     
     Lorsque vous portez une paire de bottes, vous ne vous heurtez jamais à un meuble. Mais si vous vous promenez nu-pieds, tout le mobilier se jette sur vous et vous frappe.      Jerome K. Jerome

    Celui qui a la force entre les mains a le monde à ses pieds.     Boleslaw Prus

     La bêtise ne franchit jamais les frontières ; là où elle met le pied, se trouve son territoire.    Jaroslaw Iwaszkiewicz

     On regarde en l'air et l'on ne voit pas ce que l'on a à ses pieds.     Lucien

     Le remords, c'est le coup de pied de l'âme.      Jacques Pater

     La prudence, c'est la peur marchant sur la pointe des pieds.    Miguel Zamacoïs

    La vérité c'est comme une couverture trop petite. Tu peux tirer dessus de tous les côtés, tu auras toujours les pieds froids.     Peter Weir

    L'optimiste est l'homme qui regarde vos yeux. Le pessimiste, l'homme qui regarde vos pieds.    Gilbert Keith Chesterton

    Si tu n'as jamais marché sur les pieds de quelqu'un, tu n'es jamais allé te promener.     Barbara Kingsolver

    Gardez les pieds sur terre, mais laissez votre coeur s'élancer aussi haut qu'il le désire.     Aiden Wilson Tozer

    Les pieds sur le sable, la tête aux nues, voilà l'étirement maximal de l'homme rêveur.      Roland Delisle
     
    A quoi sert de rapiécer les pieds si la tête est ravagée.     Hawad

     

     

     

    Fuß - голая - traed - ƙafa - ជើង - стопала

     

     

     


  • Commentaires

    40
    Dimanche 16 Décembre 2018 à 00:11

    Bonsoir ma chère Simone,



    Mes pieds sont importants pour me déplacer.
    Mais ils ne sont pas bien grands pour pouvoir marcher sur l'eau.
    En effet, avec mon ''41'' de pointure, mes petons sont petits.

    Tout ce qui est petit est mignon.
    J'ai la chance de pouvoir acheter mes chaussures sur le Net.
    En effet, celles-ci me vont comme des gants.
    Je n'ai jamais de désagréables surprises.

    Pour entretenir son corps et son esprit...il faut marcher au moins trois quarts d'heure par jour.
    Ce que je ne fais plus par manque de courage et de temps.

    Pourtant, j'ai eu l'habitude de faire de très longues marches...lorsque j'arpentais les GR dans les Alpes.
    Parfois à 6 h 00 du matin j'étais déjà sur le terrain...jusqu'à 22 h 00.

    Lorsque j'arrivais à une altitude de 3000 mètres... j'étais presque dans un état larvaire.
    Mes pompes à air cherchaient l'oxygène désespérément.
    Faut dire qu'à l'époque... je fumais deux paquets de gauloises sans filtre par jour.
    Je suis certain que ma démarche ressemblait aux soldats napoléoniens...
    pendant la retraite de Russie.

    Je m'étais rendu compte de ma faiblesse...lorsqu'un homme m'avait doublé comme si j'étais à l'arrêt.
    Ensuite avant d'arriver au sommet qui se trouvait à une heure de marche...celui-ci était déjà de retour.
    C'était un pro de la montagne...alors que ne n'étais qu'un '' alpiniste du dimanche ''.

    De plus, mon équipement n'était pas adapté.
    Je me trouvais en short...sur les neiges éternelles.

    Le lendemain derrière les genoux, j'avais des cloques aussi grosses que des mandarines.
    Ces endroits étaient brûlés par la réflexion du soleil...sur le tapis blanc.

    Le pharmacien avait constaté les dégâts.
    Il m'avait proposé de la pommade...et de garder un pantalon long.

    Mes lèvres étaient parcourues de crevasses profondes.

    Par contre, j'étais bien chaussé.
    Mes chevilles demeuraient maintenues par le cuir de mes godillots.

    C'est là que l'on voit les limites d'un homme... qui n'est pas préparé à mettre ses pieds dans l'effort.
    Je n'ai jamais souffert de marcher sur un terrain plat.
    Pour grimper, c'est une autre histoire.

    Par contre, j'étais un champion pour redescendre.

    Il m'arrivait de marcher sur une corniche pas plus large que 80 centimètres.
    Dans ce cas, je détournais mon visage du vide.

    Surtout lorsque je sentais un malaise m'envahir.
    Celui du terrible vertige.

    Je me sentais alors attiré par une force invisible...
    qui désirait me plonger dans l'abîme.

    Un jour, j'ai gravi une pente raide...pour aller secourir une dame qui ne pouvait plus avancer ni reculer.
    Elle m'a suivi au bord d'un ravin de plusieurs centaines de mètres.
    Bizarrement, ma responsabilité envers cette femme...m'avait donné du courage.
    Plus nous avancions, moins le vide était important.
    Pendant le trajet...je n'ai pas cessé de lui parler.
    Elle me suivait car la largeur du chemin était très étroit.

    Je lui indiquais sans cesse de ne regarder que mes pieds.

    C'est ainsi que j'ai réussi à ramener cette personne...
    en sécurité sur un terrain moins pentu.   yes.



    Bonne nuit, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

     

     

    39
    Samedi 15 Décembre 2018 à 11:12
    38
    Samedi 15 Décembre 2018 à 01:24

    Bonsoir ma chère Simone,


    Lorsque je suis arrivé au Sénégal...je ne savais pas nagé.
    C'est un marin pêcheur...qui m'a appris à tenir sur l'eau.
    Sauf que l'endroit où il fit le maître nageur...était interdit à la baignade.

    Une vague très forte m'avait soulevé dans les airs...avant de me coller au fond de l'eau.
    Elle m'avait maintenu ainsi comme une main géante.
    Puis elle m'avait relâché deux secondes plus tard.
    J'avais perdu mon slip de bain, par la force qu'elle avait déployée.
    Sur le coté du bassin, j'avais une petite ouverture qui saignait.
    Le contact avec le sable avait été brutal.

    Mon ami était sur le même bateau que moi... pour faire son service militaire.

    L'Anse Bernard était le lieu idéal...pour faire mes premières brassées.
    Les eaux de l'Atlantique étaient calmes.
    J'ai d'abord su me mouvoir dans l'eau, sans respirer.
    De temps en temps je buvais la tasse.

    Puis je suis devenu un champion de la nage indienne.
    J'ai fait des traversée parfois insensées...qui duraient plusieurs heures.

    Je plongeais dans les eaux sombre des fleuves de Gambie...et de la Casamance.
    Dans ces eaux troubles, j'ignorais le danger.
    J'étais seul.
    Un jour le courant m'avait emporté.
    J'avais réussi à le remonter...après des efforts intenses.

    Ce fut ma dernière baignade fluviale.

    Parfois alors que nous étions en pleine mer...le commandant arrêtait le navire.
    Comme il s'agissait d'un chaland de débarquement...la porte avant pouvait se baisser pour nous servir de plongeoir.

    L'océan ondulait à peine.
    J'étais impressionné en pensant que le fond marin...se trouvait à plus de 4000 mètres.
    Je n'avais pas osé plonger...de peur d'être aspiré dans cette profondeur.

    C'est fou comme l'image demeure gravée dans ma mémoire.
    Elle date de cinquante ans.
    C'était le bon temps.

    Lorsque deux ans plus tard, je suis passé à proximité de cet endroit...des dizaines de requins marteaux étaient visibles.
    Ceux-ci suivaient le porte-avions... en restant à un ou deux mètres de la surface.

    J'avais donc nagé dans un endroit infesté de dangereux poissons.

    Revenu à la vie civile, j'aimais me rendre à la Méditerranée.

    Il était agréable le temps où allongé sur le sable...mon regard se posait sur le ciel tout bleu.
    Sinon il regardait les jolies filles...dont les formes ondulaient gracieusement.

    C'était une époque prodigieuse.
    Je faisais souvent de belles rencontres...avec des filles de rêve.  glasses.

    Puis c'est en Bretagne...que j'allais tremper mon corps.
    J'étais marié.
    Mon épouse aimait cette région très agréable.
    J'adorais contempler le large...en rêvant à mes jeunes années.

    Depuis, je n'avais pas progressé dans ma façon de nager.
    Ma moitié était une véritable sirène...qui me laissait sur place.
    J'aimais la suivre loin de l'espace sablé.

    Pendant une dizaine d'années, nous nous rendions au même endroit.
    Le coin était splendide.

    Je n'arrivais plus à suivre ma femme, car des douleurs dans les épaules...m'empêchaient de forcer.
    Souvent, je faisais la planche...sans trop m'éloigner du bord.

    J'avais pris un coup de vieux.
    Je savais que je ne pourrais plus nager... comme par le passé.

    Ce fut d'ailleurs la dernière année de mon séjour en Bretagne.
    Tout se détériora très vite, entre mon épouse et moi.

    Depuis cinq ans, je n'ai pas vu la jolie courbe de l'horizon.

    L'océan était ma vie.
    J'aimais navigué sur ses eaux parfois terribles.

    A présent, je ne mets plus un doigt de pied dans l'eau....à part sous la douche.    frown.



    Bonne nuit, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

     

    37
    Vendredi 14 Décembre 2018 à 21:41

    A demain

    Bonne nuit.

    36
    Vendredi 14 Décembre 2018 à 16:30

    Bien ton article ,passe un doux week-end bisous

    35
    Vendredi 14 Décembre 2018 à 16:17

    Bonjour ma Simone rigolote,

    Je viens te souhaiter un doux week end.

    Chez nous ça caille, mais l'hiver arrive donc tout est normal lol !

    Pour moi se sera la citation de Aiden Wilson Tozer !!

    Bien hâte aux vacances !!!!

    Gros bisous et couvre-toi bien.

    Lolli

    34
    Vendredi 14 Décembre 2018 à 12:19
    33
    Vendredi 14 Décembre 2018 à 12:09

    ...." il avait les mains tellement sales on aurait dit des pieds "

     

    32
    Vendredi 14 Décembre 2018 à 12:06
    31
    Vendredi 14 Décembre 2018 à 10:16

    bonne journée.

    Temps calme.

    30
    Vendredi 14 Décembre 2018 à 00:18

    Bonjour ma chère Simone,


    Chaque fois que j'ai marché sur la pointe des pieds...c'était pour ne pas réveiller mon épouse.
    Je ne suis jamais sorti en étant marié...ce n'était donc pas pour rentrer d'une fête nocturne.

    Par contre, je traînais devant la télévision et ensuite sur le PC.
    Ma moitié préférait se coucher pour lire.

    Puis elle a pris la décision de faire chambre à part.
    C'était le temps où le couple partait en cacahuète.
    Trois ans plus tard...nous nous sommes quittés.

    A présent, je marche sur la pointe des pieds pour ne pas déranger mes voisins du dessous.
    L'immeuble demeure si mal insonorisé...que je suis silencieux comme un félin.


    Je ne suis pas pessimiste et pourtant.

    Hier, j'ai regardé les infos à la télévision.
    Tuerie à Strasbourg par un cinglé radicalisé.
    J'ai ensuite suivi l'émission '' notre planète est fichue ''.

    En éteignant mon poste...j'étais au bord de la déprime.

    Aujourd'hui, il vaut mieux que j'évite les nouvelles...afin de conserver mon moral légendaire.

    Un moral qui ressemble à un signal toujours de la même ampleur.
    Il ne dessine pas de sinusoïdes... où il serait plus bas ou plus haut.
    Il est modéré en restant plat.
    Comme l'électrocardiogramme d'un mort.
    Ce qui revient à dire que je ne suis pas très expressif... sur mes états d'âme.
    Même lorsque ma joie est intense...il est difficile de la percevoir.

     



    L'année dernière à la caisse d'un magasin, j'ai eu le malheur de marcher sur les pieds d'un homme.

    Je me suis aussitôt excusé.
    Le gaillard me dépassait de trente centimètres....et avait trente ans de moins que moi.

    Il n'était pas content le bonhomme.
    Trois fois il m'avait dit :
    -'' vous m'avez marché sur les pieds..! ''.

    En colère...je lui avais répondu:
    - '' - voici quatre fois que je vous demande de m'excuser !''.

    C'est à croire que cet imbécile était sourd...!


    Je garde tellement les pieds sur terre....qu'il me semble que j'y suis collé.
    Mon cœur ne quitte plus sa cage thoracique...comme un oiseau qui serait blasé de voir d'autres paysages.
    Pourtant, je ne suis pas insensible à la douleur ou à la misère des autres.
    Il n'est pas rare que je fasse une bonne action, pour aider mon prochain.
    Je le fais d'une manière très simple...car je trouve mon geste tout à fait normal.


    Je suis donc obligatoirement un homme de cœur.
    Mais dans celui-ci, il n'y a plus de mot d'amour...comme par le passé.



    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.


    29
    Jeudi 13 Décembre 2018 à 18:22

    De belles citations .
    Bises

    28
    Jeudi 13 Décembre 2018 à 17:11

    coucou pas mal toutes ces citations, les pieds dans les meubles au secours cela fait mal, ne jamais se lever la nuit sans avoir mis ses chaussons - bisous et bonne fin de semaine Mamy Annick

    27
    Jeudi 13 Décembre 2018 à 10:42

    Bonne journée.

    gris chez nous, un peu de pluie attendu.

    26
    Jeudi 13 Décembre 2018 à 07:02

    a bientôt

    Image associée

    25
    Jeudi 13 Décembre 2018 à 07:01

    passe une belle journée ...-1° en ce moment .....

    Image associée

    24
    Jeudi 13 Décembre 2018 à 07:01

    bisous

    Résultat de recherche d'images pour "humour dessin chat"

    23
    Jeudi 13 Décembre 2018 à 07:00

    tellement vraie la première!!

    22
    Jeudi 13 Décembre 2018 à 00:58

    Bonjour ma chère Simone,



    Celui qui détient des capitaux...a le monde à ses pieds.

    J'ai regardé une émission hier soir à la télévision....au sujet ''d'Amazon''.
    Son créateur est plus puissant qu'un chef d'état.
    Alors que ses employés sont de véritables esclaves des temps modernes.
    Pourtant, ce sont les consommateurs qui font tourner cette galère... avec les 350 000 travailleurs de cette boîte.

    Les employés sont brisés par les cadences de travail.
    Mais ceux-ci rapportent un salaire à la maison.
    Nombreux sont ceux qui se retrouvent avec des pathologies physiques ( mal de dos, tendinites etc...).
    En général, ceux qui remplissent les caddies ne tiennent pas plus de trois ans.


    Je crois que la bêtise se propage...avec internet.
    Il est dit parfois n'importe quoi sur les réseaux sociaux...et de nombreuses personnes y croient.

    Il faut faire attention à la théorie du complot....et ne pas gober tout ce qui se trouve sur la toile..
    La bêtise humaine ne possède pas de frontières...ni de limites.


    Je suis ce que l'on appelle un rêveur...
    depuis que j'ai pris mon premier bol d'air.
    Sur le tard, je le suis un peu moins.
    Très jeune, j'ai tout de suite été un admiratif des étoiles... qui scintillaient dans le ciel.
    Ma curiosité était si intense, que plus tard je dormais au-milieu des champs.

    Loin de toutes animations humaines, il n'y avait pas de lumière parasite.
    Ainsi, je distinguais toute la beauté de la Voie Lactée.

    A force d'être sur mon nuage...souvent je n'ai pas vu les obstacles devant mes pieds.
    Des bosses sur le front je me suis fait.
    Des chutes nombreuses m'ont réveillé.
    Parfois ma tête a rencontré des poteaux.

    Il fut un temps où je regardais tellement en l'air...que j'allais m'acheter un petit télescope.
    J'y ai renoncé, lorsque j'ai appris que je pouvais me procurer des diapositives de la NASA.

    Jamais je ne pourrais voir les nébuleuses...avec mon médiocre instrument.


    A présent, mon coin de ciel est très rétréci.
    En ville, il est impossible de voir notre galaxie.

    Parfois ce fait me manque.
    Il faudrait prendre le temps d'aller dans un coin très sombre...pour de nouveau m'émerveiller.


    Cependant, je suis devenu un oiseau...qui n'aime plus sortir de sa cage.
    Alors je rêve en admirant les astres...
    depuis mon écran d'ordinateur.   oh.


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

     

    21
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 18:37

    Bien bonnes définitions...

    Bien vrai pour la plupart.

    Bisèlè Aimée

     

    Image associée

    Image associée

    Image associée

     

     

    20
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 18:08

    sympatoche toutes ces citations,
    mes pieds obligée de les canaliser !!!! ils ne m'obéissent pas , quelle galère !!! Ha Ha HA ... ne vais jamais droit !!! mais , ils ne sont pas responsables !

    bisou Simone

    19
    Jacqueline
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 16:40

    Bonsoir dame Simone

    Votre article  déjà paru , il me semble.....

                                   Me rappelle,  certains souvenirs de colonie .

    Quand , nous chantions tout en marchant  (et Dieu que l'on marchait )

    Dans la troupe , y'a pas de jambes de bois , y'a des nouilles mais ça ne se voit pas

    La meilleure façon de marcher , c'est encore la nôtre ,

    C'est,  de mettre un pied devant l'autre et de recommencer .

    Bonne fin de semaine à vous Simone . Prenez bien soin de vous .

    Des pensées pour votre belle  région et toutes ces familles dans la peine .

     

     

     

      • Mercredi 12 Décembre 2018 à 17:14

        un grand merci pour le comm....

    18
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 13:58
    17
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 11:01

    Que c'est lâche encore une fois !.

    bonne journée.

    16
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 10:09

    voilà des maximes pleines de sagesse  mais quand je marche je regarde mes pieds pour voir où je les mets ☺☺

    bonne journée Simone  bisous ☺

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    15
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 00:32

    Bonjour ma chère Simone,



    Il est rare que je me promène avec une paire de bottes dans mon appartement.
    D'ailleurs, je n'en possède pas.
    Je ne me promène jamais pieds nus dans mon lieu de vie.
    Par contre, j'ai la sale habitude de porter des mules...aussi bien à la maison que pour bricoler.
    Si je pouvais, je dormirais avec.
    Je suis un peu avec mes chaussons...comme les jeunes avec leur portable.

    Sauf que je les abandonne lorsque je pars en courses.

    Le problème en étant ainsi chaussé...et celui de louper souvent une marche d'escalier.
    Jusqu'à présent, je me suis toujours rattrapé...avant de chuter en avant.

    En travaillant, je suis bien obligé d'admettre que je ne suis pas prudent, alors que je possède des chaussures de sécurité.
    Cependant, mes pieds n'aiment pas la contrainte.

    Résultat...lorsque je soude, des parties de métal en fusion tombent sur mes petons.
    Justement où la peau demeure la plus fine.
    Alors je serres sur les dents pendant trois secondes.

    Durée suffisante pour que la brûlure s'estompe.
    C'est ainsi que je remonte souvent avec des trous... sur le dessus des chaussettes.
    Parfois même la partie métalliques est incrustée dans la peau.
    Cependant, mes pieds ne ressemblent pas encore à des passoires.

    Depuis que j'ai vécu deux ans au Sénégal, mes panards aiment être libres... sans toutefois demeurer totalement dénudés.
    Pendant cette période...ils n'étaient protégés que par des sandalettes en plastique.

    D'ailleurs, j'en ai perdu une dans un marigot.
    Celle-ci avait fait ventouse avec la vase...et avait abandonné mon pied droit.
    A terre au-milieu des cases... j'étais donc pieds nus comme les autochtones.

    Cette sandale en plastique demeure encore en place...dans une des mangroves du Siné Saloum..
    Voici plus de cinquante ans que je ne l'ai jamais retrouvé... dans cette partie du monde.

    Involontairement, j'ai pollué ce milieu aquatique fragile.
    Paradis des oiseaux de toutes espèces.
    L'eau arrivait jusqu'à mes genoux.
    Mes recherches dans le fond boueux... n'avaient pas permis de retrouvé l'écrin de mon peton.
    Plutôt que de marcher avec une seule chaussure...j'avais opté pour être pieds nus.

    En Afrique, on ne sait jamais où l'on pose son pied.
    Surtout à cause des serpents très nombreux.

    Mais à vingt ans, j'ignorais totalement la peur.

    Un jour, je marchais sur un sentier dans la riche savane de la Casamance.
    J'étais en compagnie de deux collègues.
    Sur la terre rouge d'Afrique, ce trouvait une masse brune.
    L'un de mes camarade murmura à l'autre en croyant qu'il s'agissait d'une déjection animale:
    - '' laisse le...il va marcher dedans...! ''.

    Comme j'avais entendu ce que le copain disait à voix basse...je m'étais dit que je poserais mon pied juste à coté.

    Au moment où mon peton se posa....tous les trois nous avons compris qu'il s'agissait d'un serpent.
    Mais nous avions déjà fait un pas de plus...sans qu'il réagisse.
    Le reptile n'avait pas bronché en étant lové bien au chaud.
    Un sénégalais nous avait croisé.
    Avec un long bout de bois, il avait tapé sur la bête...en disant:
    - '' mamba..! mamba...! ''.
    Le reptile s'était légèrement dénoué... car il somnolait.

    Puis à force de recevoir des coups, il rendit son âme.

    Le mamba noir est l'un des serpents le plus dangereux d'Afrique.
    Si j'avais été mordu...je ne serais pas là pour écrire ces mots.
    En effet, je me trouvais à 600 kilomètres de Dakar.
    Et nous ne possédions pas d'anti venin.

    Le mamba noir a les crocs creux et peut injecter des neurotoxines à action rapide... qui paralysent.
    Il possède des doses puissantes de venin...et un homme peut succomber dans les vingt minutes...si la morsure touche une veine ou une artère.

    Il y a 150 à 200 personnes qui meurent tous les ans au Sénégal...à cause des serpents.
    Huit milles sénégalais par an...sont victimes de morsures.


    Pauvre pied droit... qui aurait pu être marqué de deux trous rouges...fatals !    money.



    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

      • Mercredi 12 Décembre 2018 à 14:00
    14
    Mardi 11 Décembre 2018 à 20:36

    merci pour ton commentaire et pour ta photo ; soyons bons les uns avec les autres ; les pieds, nous en avons bien besoin pour tenir debout. J'aime bien toutes tes citations. Bises

    13
    Mardi 11 Décembre 2018 à 19:10

    Excellent !

    A demain.

    Bonne soirée.

    12
    Mardi 11 Décembre 2018 à 18:52

    il fait bon avoir des pieds hi hi... Il a fait beau aujourd'hui... je pense que les visiteurs des Marchés de Noël colmariens ont eu du bonheur... bise du soir et douce nuit

    11
    Mardi 11 Décembre 2018 à 16:59
    =^..^=

    ....

    Alors on est revenu à pied
    à pied tout autour de la terre
    à pied tout autour de la mer
    tout autour du soleil
    de la lune et des étoiles
    A pied à cheval en voiture et en bateau à voiles !

    Trois fractures du p'tit orteil , toujours le droit alors que je suis gauchère ...

    Bien reçu pour le problème com mais je n'arrive toujours pas à comprendre .

    Bonne fin de journée ma Simone

    Gros bisous tout plein et tout plein de Gros bisous

    Résultat de recherche d'images pour "pieds chats"

    10
    Mardi 11 Décembre 2018 à 16:01

    Belle recherche, dans ces définitions.

    Bon mardi avec un temps plus calme.
    Bisoux, ma simone ♥


    9
    Mardi 11 Décembre 2018 à 14:33
    cathycat33

    Foi de petit orteil, je suis bien d'accord avec Jérome K Jérome ! yes Bisous

    8
    Mardi 11 Décembre 2018 à 11:32

    Bonjour Simone

    C'est très fragile un pied et on en a bien besoin

    Je te souhaite une bonne journée, bisous

    7
    Mardi 11 Décembre 2018 à 11:22

    j'aime bien la définition de la Prudence !

    bonne journée 

    6
    Mardi 11 Décembre 2018 à 11:22

    Salut

    le coup des pieds dans les meubles c'est ma spécialité.
    Je me suis cassé plusieurs fois les ongles du gros orteil.

    Heureusement ça repousse.

    Bonne journée

    5
    Mardi 11 Décembre 2018 à 10:51

     coolC'est le pied ici, aujourd'hui.yes

    J'ai bien aimé un certain nombre de ces sentences. "Merci pour ce moment".

    Bonne journée.

    4
    Mardi 11 Décembre 2018 à 10:42
    LADY MARIANNE

    d'excellentes citations- le pied quoi-
    j'aime beaucoup , c’est plein de vérité-
    bisous du mardi-

    3
    Mardi 11 Décembre 2018 à 10:30


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :