•   

    Génération Fatigués

     

    L’un de nos ennemis intimes a pour armes quatre pieds et un dossier. C’est la chaise qui meuble une part grandissante de nos journées. L’homme digital est assis sur un danger confortable : la sédentarité.

    La merveilleuse machine biologique qu’est le corps humain survit à des conditions extrêmes. Donnez-lui un fauteuil ou un canapé, un ordinateur ou une télé, le dérèglement s’installe. L’immobilité appliquée à la vie quotidienne annihile des millénaires d’évolution et de résistances acquises contre de nombreuses maladies.

    Avec des jeunes désormais plus casaniers que leurs grands aînés, un point de bascule est franchi. La position naturelle et salvatrice qui consiste à se tenir debout relève un peu plus d’un passé de paysans, d’ouvriers, de manuels. La révolution numérique devient celle du moindre effort physique. Ce travail-là n’est pas la santé.

    Alors, la médecine est appelée en renfort. Le progrès pharmaceutique aide à rester plus longtemps assis, mais en forme. Le coût des gélules contre l’hypertension, le cholestérol ou le diabète est certes moindre que celui des affections qu’elles combattent. Cela reste une facture au lieu d’une autre, alors qu’il faudrait aussi se dépenser.

    Les réunions debout, les pauses-promenades, les incitations à zapper l’ascenseur fleurissent au boulot. Pendant ce temps, les ados révisent couchés. À se demander dans quelle posture ils arriveront à la retraite.

    Strasbourg a bien contribué à une prise de conscience générale des bénéfices du mouvement. Le programme Sport sur ordonnance y marrie la lutte contre des pathologies à l’effet plus que préventif, carrément thérapeutique, d’une activité adaptée. Pour nos générations fatiguées, il y a lieu de s’inspirer des grandes campagnes de santé publique. Pour lier la sédentarité à ses risques. La prochaine avancée de la société dite intelligente sera celle qui réhabilitera la fonction sanitaire du muscle.

     

    Didier Rose
    Dernières nouvelles d'Alsace

     

     

    Génération Fatigués

     

     

     

     

     

     


    48 commentaires