•  

     

     


    Il y a la crainte du « vide », l’incapacité à décrocher, la peur de ne pas passer des congés aussi réussis que son entourage… Pour certains, l’approche des grandes vacances rime avec angoisse.
    Comment surmonter cette appréhension et profiter au mieux de ce break pourtant bien mérité ?

    À 20 ans, Constance s’embarque pour l’été dans un tour d’Europe avec des amis. « Je n’ai pas dormi la nuit précédant le départ, se souvient la jeune femme. J’avais le ventre noué, dix mille pensées catastrophistes me traversaient l’esprit. » Quinze ans plus tard, les choses ne se sont guère améliorées. « J’appréhende l’arrivée des congés, confie-t-elle. Je redoute tout ce temps libre… et vide. »
    Je suis de nature active
    À l’instar de Constance, certains répugnent à aborder les terres de l’oisiveté. « Ce rythme estival, plus nonchalant, ne convient pas forcément aux personnes les plus actives.
    J’ai du mal à « m’arracher »
    Abandonner les dossiers, accepter de « décrocher » pendant quelques semaines… Il est peut-être douloureux de quitter une routine, « ce qui nous synchronise d’ordinaire »,  Cette difficulté à « abandonner » notre quotidien renvoie également à l’arrachement originel : celui de la naissance.
    J’obéis à un impératif social.
    « Tu as bien bronzé ? ». « Tu as bien nagé ? »… Ces questions posées à notre retour induisent une même idée : nos vacances se doivent d’être « bien ». Les locations forcément paradisiaques de nos collègues et les photos de mer turquoise postées sur Facebook et Instagram sont là pour nous le rappeler sans cesse, et font peser sur nos congés une pression plus ou moins consciente…
    Hiérarchisez vos priorités.
    L’angoisse peut naître du « coup de collier » que nous donnons juste avant de partir en congés. Il augmente le stress au moment où il devrait commencer à diminuer.  « Mieux vaut se concentrer sur les tâches les plus urgentes plutôt que de vouloir tout boucler en un après-midi. »
    Méditez
     Cela permet de faire d’une pierre deux coups, souligne-t-il. D’un côté, occuper ce temps qui nous inquiète, mais également apprendre à être dans le moment.
    Donnez du sens à vos congés
    « L’industrie du tourisme sort de la dimension de masse, ce qui permet à chacun de faire plus facilement correspondre ses aspirations profondes avec son temps libre. » Agritourisme, séjour humanitaire, échappée culturelle ou vacances sportives… Écouter nos envies s’avère être le meilleur remède contre l’anxiété suscitée par l’été.

    conseil de psy.

     

     

     

    Je redoute les vacances.

     

     

     


    30 commentaires