• Smile - ୧〳 ” ʘ̆ ᗜ ʘ̆ ” 〵୨ --

     

     

     

     

     


    Une petite fille marchait tous les jours pour aller et revenir de l'école. Quoique, ce matin là, la température posait question et que les nuages se formaient, elle se rendit à pied à son école.

    Durant l'après-midi, les vents s'élevèrent et les éclairs apparurent. La maman de la petite craignait que sa fillette ait peur en revenant à la maison et que la tempête électrique puisse lui faire du tort.

    Inquiète, la maman s'empressa de prendre la route, en voiture. En chemin elle vit apparaître sa petite, qui à chaque éclair, s'arrêtait, regardait en haut et souriait.

    Quelques éclairs se succédèrent rapidement et chaque fois l'enfant regardait vers l'éclair et souriait.

    Sa mère parvint à ses côtés, baissa sa vitre et lui demanda " Mais que fais-tu là ? "
    L'enfant répondit : " J'essaie d'être belle, car DIEU n'arrête pas de me prendre en photo ! "

     

     

     


  • Commentaires

    23
    Jeudi 20 Juin à 22:14
    Durgalola
    Qu'est ce qu'elle est mignonne cette histoire. Bises
    22
    Jeudi 20 Juin à 11:10
    21
    Jeudi 20 Juin à 10:04

    Bonjour ma chère Simone,


    Dieu m'a pris en photo un jour...un peu de trop près.
    J'étais gamin, et pas plus haut que trois pommes, lorsque j'ai vu que le flash était pour ma personne.

    Un vacarme assourdissant avait suivi...alors que la cheminée des voisins tombait dans une multitudes de briques.

    Celles-ci formaient un petit tas à quatre mètres de moi.
    En une demi seconde, il n'y avait plus de cheminée sur le toit.


    Parfois le ciel est si noir en pleine journée...que j'ai peur qu'il me tombe sur la tête.
    Je suis comme nos très chers gaulois...envahit par cette crainte.

    Ma seconde expérience avec un orage, fut plus dramatique.

    J'étais grand puisqu'elle date de 27 ans.

    Je parcourais le haut plateau du désert de Platé...dans les Alpes.
    L'altitude s'échelonnait entre 2400 et 2700 mètres d'altitude.

    Je connaissais cette endroit aussi bien qu'un guide...pour avoir effectué tous les trajets de ce lieu magnifique.

    Les lapiaz du plateau formaient une fine dentelle de calcaire...avec des petits trous de 20 centimètres de profondeur.
    Su dix kilomètre carré, cette dentelle ressemblait à une assiette penché.
    Des bouquetins souvent se baladaient dans cette endroit.
    En face de nous, le Mont Blanc étendait son image...d'une manière magique.

    Arrivée presque au-dessus de ce site majestueux....les pics de chaque coté formait une forme d'auge.

    Ma compagne et moi avions entendu le tonnerre lointain, alors que nous passions à proximité du refuge de Platé.

    Elle désirait s'y arrêter.
    Je l'avais dissuadé de faire une telle halte...en lui disant de se dépêcher de redescendre.
    Je n'aimais pas dormir entassé avec d'autres...comme dans une boîte de sardines.

    Soudain, j'ai vu les nuage prendre la forme du terrain.
    Ceux-ci avançaient rapidement, en formant des volutes grises géantes.
    L'orage accompagnait ceux-ci avec un vacarme considérable.

    Nous avons arrêté notre descente.
    Puis accroupi pour ne pas attirer la foudre...nous nous collions à la roche.
    Nous n'étions pas sous un orage...mais tout simplement dedans.

    Il faisait si noir que la nuit est arrivée alors que nous étions encore perchés à plus de 2 000 mètres.

    Trempé jusqu'aux os, je tremblais désespérément.
    L'eau dégoulinait de la face rocheuse...et me tombait sur le dos.
    La température avait chuté terriblement.
    Je claquais des dents en me disant que je ne tiendrais pas le coup.
    J'étais en hypothermie.
    Je sentais que je ne pourrais pas tenir la nuit....en frissonnant de cette manière.

    Nous étions au-milieu des éclairs...et du bruit considérable qui les accompagnait.
    La femme à coté de moi râlait. Elle était pourtant habillé d'un kaway.
    Elle ne pouvait pas s'imaginer ce que je ressentais.
    Mais elle voyait bien que tremblais d'une manière inimaginable.

    Elle me reprochait que nous ne nous étions pas arrêtés au refuge.
    Elle avait raison.

    La nuit avait embrassé ce terrible endroit.... où les éclairs flashaient de tous les côtés.
    J'entendais Andrée gémir.
    N'en pouvant plus de l'ouïr, alors que je sentais mes forces s'épuiser...je lui avait répondu:
    - '' De toutes manières...tu n'entendras pas l'éclair qui nous terrassera....! ''.

    Il était environ 23 heures.
    Une accalmie miraculeuse se répandit dans le noir décor.
    La montagne est gigantesque.
    Je savais que la refuge n'était pas très loin.
    Il se trouvait à une demi heure de nous.

    Nous avons pris la décision de nous y rendre.
    Quel plaisir de se mettre au chaud et d'avaler une bonne soupe.
    Je ne tremblais plus.
    J'étais sauvé.
    En plus, comme le premier étage était complet...nous avions le second rien que pour nous deux.

    Jamais je n'ai trouvé la chaleur des draps si confortables.

    Le lendemain matin, il faisait un soleil superbe.

    En descendant par un étroit couloir, nous nous sommes retrouvés très proches de bouquetins qui ont pris peur.
    Je me souviens que les pierres se détachaient sous leurs pattes...tellement leur panique fut grande.

    Le temps était magnifique.
    Comment s'imaginer que la veille, cet endroit était l'enfer.

    Il aurait d'ailleurs pu m'emporter....par mon manque de prudence.
    Les règles de sécurité en montagne doivent être respectées.
    Trop de gens comme moi avait pris à la légère...ce risque d'orage.
    Ce qui aurait pu me coûter très cher.

     


    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

     

     

    20
    Mercredi 19 Juin à 18:28

    rohh mais que c'est mignon  ☺☺

    bonne soirée Simone  bisous ☺☺

    19
    Mercredi 19 Juin à 17:00

    une histoire vraiment adorable....Passe une bonne soirée...par chez moi des orages sont attendus pour la nuit...j'espère qu'ils ne feront pas de dégâts. Bise amicale

    18
    Jacqueline
    Mercredi 19 Juin à 16:52

    https://www.europe1.fr/culture/si-on-pouvait-rire-ca-nous-ferait-plaisir-33-ans-apres-sa-mort-montrouge-rend-hommage-a-coluche-3905434

    Belle et agréable fin de soirée à vous Simone

    17
    Mercredi 19 Juin à 10:16

    Une belle histoire ,bonne journée bisous

    16
    Mercredi 19 Juin à 08:54

    Bonjour ma chère Simone,


    Nos ancêtre les gaulois devaient se demander pourquoi la nature... se mettait dans des colères si impressionnantes...par Toutatis...!

    Il est vrai que l'ignorance pouvait laisser croire qu'un dieu céleste soit dans un état colérique...lors des orages.
    Comment expliquer d'une manière sensée et rationnelle... que le ciel puisse se transformer dans un tel état.

    Il y avait évidemment bien des raisons... pour se poser des questions.

    Puis l'homme a réussi à trouver l'origine de cette électricité non maîtrisée.

    Le jour où nous pourrons la domestiquer, nous n'aurons plus de problème d'énergie à trouver.
    Si nous sommes capables de la charger...celle-ci dégagera tellement de puissance que nous n'aurons plus besoin de pétrole.
    Notre trace carbone sera presque nulle.

    Mais voilà, pour l'instant nous ne pouvons que regarder de loin...cette force de la nature qui demeure perdue.
    Ce qui peut rendre les écologistes en colère...de constater tant de gâchis.

    La science a cependant ses limites.

    Il est vrai que pour l'enfant qui ignore tout, il peut croire que c'est dieu qui fait de la photo.
    Comme l'exposition n'est pas très bonne avec les gros nuages gris...il utilise le flash de son appareil numérique géant.

    A présent, les flashs des radars pour automobiles ressemblent un peu à des petits orages.
    Lorsque l'éclair à lieu, nous savons déjà que nous aurons une amende...et un retrait de points.

    Il est bien possible que parmi certaines blondes...celles-ci se maquillent dans le cas d'être prises en photo.

    Vaut mieux être belles pour avoir peut être une réduction de peine ...devant un radar.
    Celui-ci cependant reste de marbre....et demeure incorruptible.
    Il exécute machinalement ce qu'il doit faire....sans aucune sensibilité humaine.

    Par contre il est très réactif au niveau du calcul des vitesses.

    La peur du gendarme aujourd'hui...c'est reportée sur le matériel Hi tech.
    Celui-ci n'est pas sensible au charmes d'une jolie dame.
    Il est donc plus juste que l'homme au képi...qui pourrait être épris par la beauté d'une délinquante de la route.

    Sans les éclairs du ciel...qui aurait eu l'idée d'en reproduire avec des condensateurs électriques...?

    Ce qui prouve que l'homme a toujours copié la nature...pour réaliser des progrès.   yes.



    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.



    15
    Mercredi 19 Juin à 08:30

    au moins elle n'avait point peur, mais il faut lui expliquer les risques des orages quand même 

    bises amicales

    14
    Jacqueline
    Mercredi 19 Juin à 08:17

    Sardine à l'huile

    https://www.youtube.com/watch?v=H-1jlOiUuRM

    Dans la voiture   , il y en a 2 qui se bidonnent  à l'arrière .

    Les comptines tournent en boucle et la chorale est assurée  (sourire) .

    Ca change de nos goûts musicaux (lol)

     

     

     

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    13
    Mercredi 19 Juin à 08:12

    gros bisous

    12
    Mercredi 19 Juin à 08:08

    Bonne journée

    11
    Jacqueline
    Mercredi 19 Juin à 07:49

    Bonjour Simone

    Les enfants sont souvent inconscients devant le danger .

    Mais,  tout est bien qui finit bien .... 

     

    Un  dernier petit clin d'œil, sans prétention aucune ( grand sourire)  

    @ tout bientôt . 

    Nous 2

     

     

    10
    Mardi 18 Juin à 21:26

    Jolie cette belle histoire.

    Bisous Simone

     

    Chaton pris en otage par un raton-laveur

    Husky attendant son demi au bar

    Des chiens sur ressorts

    9
    marie
    Mardi 18 Juin à 19:06
    marie

    Coucou, 

    Trop mi-mi..... trop mignon.... Il fait beau..... Suis contente.

    Agréable semaine à toi.

    Grosses Bises

     

    Magnifique ...

    8
    Mardi 18 Juin à 17:30

    bonne soirée .....

    Image associée

     

    7
    Mardi 18 Juin à 17:28

    bisous

    Résultat de recherche d'images pour "gaston lagaffe"

    6
    Mardi 18 Juin à 11:18

    Salut

    Incroyable cet enfant qui ne pense pas un seul instant qu'un éclair est dangereux.

    Le temps est ensoleillé.

    La chaleur va arriver vite alors on a sorti les parasols.

    Bonne journée

    5
    Mardi 18 Juin à 09:18

    Bonjour ma chère Simone,


    Il y a des instants dans la vie... que nous n'oublions jamais.
    Pourtant le fait qui en était le sujet... demeure très banal.

    C'était tout simplement en me rendant en commissions.

    Le temps était chargé d'une lourdeur... qui écrasait mes faibles épaules d'un gamin de 14 ans.

    Le vent était fort.

    Lorsque je traversais le pont qui enjambe la Meurthe et Moselle à Baccarat....j'ai bien cru que ma maigreur d'adolescent allait être emportée par Eole qui était si puissant.

    Puis des éclairs avaient déchiré le ciel, alors que l'eau qui en tombait m'avait trempé en quelques secondes.

    Elle était chaude durant cet été.
    Sur ma chemisette un peu ample, l'effet humide la faisait coller à ma peau....en formant de nombreux plis.

    Le ciel pourtant si gris, de temps en temps semblait éclairé par des néons géants.

    La lumière blanche et intense des éclairs, rendaient le paysage bizarre.
    Ce dernier était éclairé d'un flash puissant... qui rendait tout en noir & blanc.

    C'était justement l'âge où j'étais un féru d'astronomie.
    Le ciel de l'époque n'avait aucun secret... pour l'admirateur que j'étais.

    Je lisais de nombreux livre sur les astres... et sur les effet climatiques.

    Ce jour là, je n'avais pas peur de l'orage qui animait mes tympans d'un son très grave.

    Je savais que si l'éclair me touchait....je n'aurai pas le temps d'en entendre son grondement.

    La lumière blanche et bleutée qui enflammait le ciel... me faisait croire que dieu s'adonnait à la photo.
    J'avais souri en pensant à cette image un peu folle.

    D'autant plus qu'il n'y avait que moi qui me trouvait dehors...au- milieu de se déluge.

    Dans ce cas, il était possible qu'il me tirait le portrait.

    J'étais donc le seul témoin sous cet orage.

    Je connaissais les dangers de celui-ci.
    Je n'avais pas traîné pour traverser le pont de Baccarat...car je savais que j'étais une cible facile.

    En effet, malgré ma faible grandeur...je représentais le paratonnerre idéal sur cet ouvrage où rien n'arrivait à ma taille.

    Je me souviens de ces instants grandioses...où le vent me poussait en avant comme pour me faire fuir ce climat... qui ne me paraissait pas désagréable.

    Arrivé à la maison, les premiers mots de maman étaient ceux-ci:
    - '' tu as vu dans quel état tu te trouves...vas te changer tout de suite ! ''.

    Ce n'était pas le premier orage que j'avais vécu.

    Mais celui-ci était particulier.
    Cette solitude dans la colère des éléments... m'avait complètement ravi.

    C'est peut être à ce moment là ...que j'avais pris conscience que la marine serait sur mon chemin.

    Après plus de cinquante ans qui me séparent de cette expérience...je n'ai rien oublié de ce déchaînement des éléments.

    La grande joie qui m'animait au-milieu de ceux-ci, reste à jamais gravée dans ma mémoire.



    Bonne journée, mon amie.
    Gros bisous. dédé.

     

     

    4
    Mardi 18 Juin à 08:04
    LADY MARIANNE

    que c'est beau ces mots d'enfants-
    bravo !!
    bises et bon mardi-

    3
    Mardi 18 Juin à 06:40

    Les enfants sont fort imaginatifs.

    C'est bien quand c'est dans le bon sens, comme ici ...

    " Bon mardi avec une forte chaleur annoncée.
    On va se calfeutrer !
    Gros bisoux, ma simone ♥ ☼ "

    2
    Mardi 18 Juin à 04:25
    Joli et surprenant mot d'enfant. Bisous
    1
    Mardi 18 Juin à 00:16


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :