• STOP

     

     

     

    Marcel fait du stop sur le bord de la route par une nuit très sombre, alors qu'il y a une terrible tempête.
    Hélas il n'y a pas de voitures qui passent.    Trois heures plus tard, la tempête et l'orage sont toujours aussi forts qu'il est impossible de voir plus loin que 3 mètres devant soi.


      Tout à coup il voit une voiture qui s'approche lentement et qui s'arrête.  Marcel sans se poser de questions monte dans la voiture, ferme la porte, et lorsqu'il se retourne il se rend compte qu'il n'y a personne à la place du conducteur.

       La voiture démarre doucement, il ne voit rien devant mais sait qu'il y a un virage très sévère qui approche.  Effrayé, il commence à prier. Il n'a pas fini d'être étonné lorsque juste avant d'arriver sur le virage, la porte du conducteur s'entrouvre et une main entre pour faire tourner le volant dans le virage.   Cette fois il y croit au bon Dieu !
    Paralysé par sa peur il s'accroche de toutes ses forces à son siège. Il reste immobile et voit que la même chose arrive à chaque fois qu'il y a un virage sur la route.

     La tempête augmente en force, alors, à l'approche de son village, il descend de la voiture et part en courant, entre dans un bar, demande deux tequilas doubles et en tremblant commence à raconter à tous ce qui lui est arrivé.

      Une demi-heure plus tard arrivent deux gars complètement trempés, l'air exténués et  l'un dit à l'autre :  "Regarde là-bas, c'est le c... qui est monté dans la voiture pendant qu'on la poussait"

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    47
    Vendredi 8 Juin à 13:14

    Bonjour , un grand merci a ceux qui sont passés pendant ma pause ...

    j'ai mis un article .... ma pause n'est pas finie ...

     des choses importantes a régler , mais comme ça pour ceux qui passent vous avez autre chose a regarder et lire ....

    ça devient une pause article dans une pause sans article mdrrr

    et tout le monde va prendre de l'aspirine ....

    gros bisous

    ps: la météo toujours lourd et orageux ....Photo

    46
    Vendredi 8 Juin à 10:14

    L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes debout

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    45
    Vendredi 8 Juin à 10:14

    Passe une bonne fin de semaine, bisous

    44
    Vendredi 8 Juin à 09:57

    Bon vendredi.

    43
    Vendredi 8 Juin à 01:17

    Bonjour ma chère Simone,



              Au Mexique, la pauvreté est telle...que les habitants ne possèdent pas tous un véhicule.
              L'entraide est alors très forte, pour ramasser les pauvres bougres qui font du stop.
              Parfois, ceux-ci d'ailleurs se font plumés, du moindre peso qu'ils portent sur eux.

              Evidemment, il est formellement déconseillé aux femmes... de voyager avec des inconnus.
              Dans ce pays où la misère rôde, la vie n'a pas la même importance que chez nous.
     
              Il est certain que si vous êtes un gringo...vous risquez de vous retrouvez tout nu avec les porteurs de sombreros.

              Le mexicain est cool de nature.
              Il aime faire sa sieste.... à l'ombre de son chapeau.

              Le désert de Chihuahua s'étend sur 630 000 kilomètres carrés, à cheval sur le sud des USA et sur le nord du Mexique.
              Il est donc plus grand que la surface de la France, dont la superficie est de 550 000 kilomètres carrés.

              Dans cet endroit inhospitalier, il vaut mieux croiser sa route avec un automobiliste...lorsque vous êtes piéton.
              Marcel fait partie de ses pauvres gens... qui doivent se rendre à pied pour faire des courses en ville.
              Il n'a que sept kilomètres à parcourir.

              Sur le bord d'une piste, il a levé le pouce pour faire du stop.
              Le vent s'est levé.
              Lorsque les bourrasques sont fortes, on ne voit pas le bout de son nez.
              Le souffle d'Eole soulève les grains de sables, ainsi que toutes les particules légères.
              La chemise du mexicain ressemble à un drapeau.
              Celle-ci est en lambeaux. Ce qui accentue ce flottement.
              D'autant plus que l'homme n'est pas bien gros.
              Sa peau est de couleur sombre. Elle épouse la forme des os.

              L'homme tient dans sa main son chapeau.. pour ne pas le perdre.
              Il s'agrippe à lui, comme s'il lui permettait de conserver son équilibre.
              Les tourbillons dorés sont constants.
              Entre les cactus qui donnent une allure féerique à la scène, Marcel voit briller la carrosserie rouge d'une berline.
              Elle n'est pas jeune.
              Il se projette vers elle....et se retrouve sur le siège arrière.
              Il a refermé la portière sur lui...pour être à l'abri du sable.

              Heureux d'être confortablement assis, Marcel se rend compte qu'il est seul dans le véhicule.
              Pourtant celui-ci roule dans le sens du vent.
              Le mexicain n'a pas fait les grandes écoles, mais il en déduit facilement qu'il n'y a pas de chauffeur au volant.
              La panique l'étreint avec force.
              Si personne ne dirige l'auto...c'est un problème.

              La force du vent lui donne l'impression que la voiture roule vite.
              Il plie son chapeau dans ses doigts crispé, tellement la peur le submerge.
              Soudain, une main providentielle, rentre par la vitre baissée de devant.
              Elle saisit le volant pour le tourner sur la droite.
              Le mexicain regarde la scène en ayant raidi ses jambes. Il est tétanisé.
              Est-ce possible, Dieu lui venait en aide.
              Plusieurs fois la scène se répéta, alors que Marcel était à présent confiant.

              Lorsque le véhicule cessa d'avancé, l'homme descendit aussitôt.
              L'auto était stationnée devant un bistrot.
              Le mexicain avait une grosse soif.
              Tout d'abord à cause de l'air sec respiré.
              Et surtout par la vision qu'il venait de vivre.

              La première tequila n'eut pas le temps d'humidifier sa glotte.
              La seconde commençait à le détendre.
              A la troisième, il s'adressa aux quelques individus barbus...qui se gavaient de cette boisson nationale.
              Personne ne buvait de l'eau...dans le petit bistrot.

              - '' J'ai vu Dieu ! '' s'écria Marcel.
              Puis il rajouta :
              - '' Sa main était toute blanche ''.
              L'assemblée regardait le Soubirou mexicain.
              Ses joues étaient rouges sous l'effet de la boisson. Mais ses yeux étaient illuminés d'une lueur étrange.

              C'est à ce moment là... que deux nouveaux clients rentrèrent dans le bar.
              En voyant Marcel, l'un dit à l'autre :
              - '' Ce n'est pas le fainéant... qui est monté dans l'auto qu'on poussait..? ''.
              - '' Si ! Es él  ( oui, c'est lui )'' répondit l'autre.


              Bonne journée, mon amie.
              Gros bisous. dédé.

    42
    Jeudi 7 Juin à 19:31

    Salut

    Super l'histoire. Je me marre.

    Bonne soirée

    41
    Jeudi 7 Juin à 18:32

    mais a quoi on dit "stop" ?! ....

    Résultat de recherche d'images pour "auto-stop sexy"
    40
    Jeudi 7 Juin à 18:31

    auto -stop ......

    Image associée
    39
    Jeudi 7 Juin à 18:02
    38
    Jeudi 7 Juin à 17:56

    D'après les prévisions Météo,

    il fera beau avant Noël.

    37
    Jeudi 7 Juin à 17:55

    Bon c'est pas grave, il a juste plu toute la journée,

    on en fait pas un fromage.

    36
    Jeudi 7 Juin à 17:46

    un vrai râleur.

    35
    Jeudi 7 Juin à 17:20
    34
    Jeudi 7 Juin à 17:10
    33
    Jeudi 7 Juin à 17:10
    32
    Jeudi 7 Juin à 13:18

    un petit coucou ....Photo

    31
    Jeudi 7 Juin à 12:21

    Un homme téléphone au domicile de son collègue. 

    C’est le jeune fils de trois ans de ce dernier qui lui répond :
    – Allô (tout bas)
    – Bonjour, est-ce que ton papa est là ?
    – (tout bas) Voui …
    – Puis-je lui parler ?
    – (très bas) Non….
    – Pourquoi ?
    – (toujours très bas) Il est occupé.
    – Y a-t-il d’autres personnes ?
    – (tout bas) Voui….
    – Qui?
    – (encore plus bas) Ma maman.
    – Puis-je lui parler ?
    – (tout bas) Non.
    – Pourquoi ?
    – (chuchoté) Elle est occupée.
    – Mais y a-t-il d’autres personnes dans la maison ?
    – (tout bas) Voui…..
    – Qui?
    – (tout bas) La police.
    – (énervé) Mais puis-je leur parler?
    – (tout bas) Non…..
    – Mais pourquoi ?
    – (tout bas) Ils sont occupés.
    – Mais que font-ils à la fin ?
    – (très très très bas) Ils me cherchent …….   

    30
    Jeudi 7 Juin à 12:17

    Un type qui vient de faire une longue route en voiture pendant la nuit décide
    de s’arrêter pour dormir un peu sur le coup des 6 heures du matin,
    avant de continuer son chemin, encore long.
    Il s’arrête sur un parking à l’entrée d’une grande ville, un peu à l’écart
    de la grande route, pour dormir un peu.

    Mais son parking est en fait un lieu de passage obligé pour tous les joggers du dimanche de la ville.
    Et sur le coup des sept heures, il est réveillé par un Toc Toc à la fenêtre de la voiture.
    Le voyageur, tiré de son sommeil ouvre les yeux, baisse la vitre et dit :
    – Ouais, qu’est-ce qu’il y a ? – Vous avez l’heure, demande le jogger.
    – Il est 7h15, répond le voyageur après un coup d’oeil sur sa montre.
    Le jogger le remercie, et s’en va en courant. Le voyageur se rendort, mais pour peu de temps
    car des coups sur sa vitre le tirent de son sommeil :
    – Pardon monsieur, est-ce que vous avez l’heure ?
    – 7h30 ! Le deuxième jogger remercie et s’en va.Voyant que d’autres joggers risquent par la suite
    de venir l’empêcher de dormir, le voyageur prend un papier, un crayon, et il écrit : 
    » » Je ne sais pas l’heure qu’il est ! » »sur son papier, qu’il colle bien en évidence sur sa vitre.
    Puis il se rendort.Un quart d’heure plus tard, on tape au carreau :
    – Monsieur, monsieur ! Il est 7h45 ! «    

    29
    Jeudi 7 Juin à 11:46
    28
    Jeudi 7 Juin à 11:33
    27
    Jeudi 7 Juin à 10:57

    Pluie, orages la nuit.

    Orages, pluie le jour.

    On a le choix.

    Bonne journée.

    26
    Jeudi 7 Juin à 10:22

    (mdr) bonne journée bisous

    25
    Jeudi 7 Juin à 10:18
    24
    Jeudi 7 Juin à 10:17

    Bonjour mon amie,

    Il s'en fout, il était au sec !

    Bonne journée, bisous

    23
    Jeudi 7 Juin à 08:29
    22
    Jeudi 7 Juin à 08:28
    21
    Jeudi 7 Juin à 00:03

    Bonjour ma chère Simone,


              Marcel n'était pas un homme à croire n'importe quoi.
              Certes, étant gamin il se rendait à la messe.
              Au Mexique, on ne badine pas avec la religion.
              Une fois adulte, l'homme avait délaissé l'église.
              En effet, le prêtre était une grosse brute qui giflait les gosses.
              Il avait des mains de bûcheron.
              Lorsque l'une de celle-ci s'aplatissait sur la joue...l'enfant croyait recracher toutes ses dents.
              D'autres pensaient que leurs têtes...allaient voler comme les quilles d'un bowling.
              De plus, ce curé était un chaud lapin.
              Nombreuses étaient les grenouilles de bénitier...à être passées entre ses bras.
              Il avait des airs de catcheur...sous sa soutane noire.
               Aucun cocu, n'osait le défier.

              Marcel était un homme quelconque... qui ne possédait même pas une auto.
              Lorsqu'il devait se déplacer...il faisait du stop.

              Ce jour était très particulier.
              Le vent s'était levé dans sur la ville, dans le désert de Sonora.
              Cette région recouvrait le Nord du Mexique et le Sud des Etats-Unis sur la partie Ouest.

              Le sable passait entre les bras tendus... de cactus gigantesques.

              L'Ambiance était terriblement fantomatique.
              Marcel malgré tout continuait à lever le pouce, alors qu'il avait mis sa bouche et son nez...dans la partie courbée de son coude.
              Ainsi le tissu de sa chemise... protégeait ses poumons.
              Des volutes dorées montaient du sol....en cachant toute la visibilité au-delà de trois mètres.

              Le piéton pourtant ne rebroussa pas chemin.
              C'est alors qu'une voiture apparut... entre deux coups de vent.
              Ce cours laps de temps entre les rafales, avait permis à l'homme de grimper dans un véhicule.
              La voiture roulait, c'était certain.
              Pourtant, Marcel ne vit personne au volant.
              Il connaissait la piste...qui menait à la ville voisine.
              Il savait qu'il y aurait bientôt un profond ravin...droit devant.

               Saisit de panique, il sentait sa dernière bouffée d'air inspirée venue.
               Soudain, il vit une main venir de l'extérieur de l'habitacle.
               Celle-ci braqua le volant sur la droite.
               Le sable venait percuter le bras... en réalisant une traînée dorée.
               Cette vision était obligatoirement divine.
               Chaque fois qu'il le fallait, la main revenait diriger l'auto.
             
                Marcel priait.
                Pour la première fois depuis qu'il avait de la barbe, il jura qu'il irait brûler un cierge...dans la prochaine église.

                Les bourrasques faisaient claquer des portes en bois.
                C'étaient celles du bar, situé à l'entrée de la cité.
                L'automobile s'arrêta.

                Pour se remettre de ses émotions, Marcel alla directement dans le saloon où
    il avala deux tequilas d'un seul trait.
                A la troisième, il commençait à raconter son histoire extraordinaire.
                Celui-ci disait... à présent qu'il avait les joues rouges sous l'effet de la boisson forte :
                - '' Dieu j' vous dis…! Oui…. j'ai vu la main de Dieu. ''.

                Au même moment, deux hommes pénétrent dans le bistrot.
                Ils sont exténués….avec la glotte sèche.
                Leurs visages se portent sur Marcel...que tout le monde écoute
                L'un dit à l'autre avec un air interrogatif :
                - '' Le type qui est accoudé au bar..! je crois bien que c'est l'imbécile qui est monté dans l'auto qu'on poussait ''.   oh.


               Bonne journée, mon amie.
               Gros bisous. dédé.




    20
    Jacqueline
    Mercredi 6 Juin à 23:11

    Bonne fin de semaine et plus , plus , plus .

    19
    Mercredi 6 Juin à 23:05

    Bonne nuit Photo animée

    18
    Jacqueline
    Mercredi 6 Juin à 23:03

    17
    Mercredi 6 Juin à 21:49

     

    10/10 pour cette histoire bouleversante.

    A demain.

    16
    Mercredi 6 Juin à 20:29

    merci pour la part de tarte aux graines de coquelicots, ce doit être un délice.

    Pour la blague, quelle chute !! bises

    15
    Mercredi 6 Juin à 18:33

    a+

     

    Photo animée

    14
    Mercredi 6 Juin à 17:28

    bisous

    Photo

    13
    Mercredi 6 Juin à 17:27

    les apparences sont trompeuses!

    Photo

    12
    Mercredi 6 Juin à 17:25
    11
    Mercredi 6 Juin à 17:24
    10
    Mercredi 6 Juin à 17:23
    9
    Mercredi 6 Juin à 16:19

    hello Simone

    extra  mdrrr
    bonne aprem  bibises ☺

    8
    Mercredi 6 Juin à 15:44

    Toujours excellente ! wink2

    Bon mercredi, ma simone, avec toujours pluies et orages, mais, cette nuit, impossible de dormir : une pluie diluvienne, sans discontinuer !
    Bonjour les dégâts en se levant ... on ne peux que constater.
    Bisoux fatigués.

    7
    Mercredi 6 Juin à 13:12
    LADY MARIANNE

    trop bien !! je ne m'attendais pas à cette chute-
    merci !!
    bisous-

    6
    Mercredi 6 Juin à 12:59
    5
    Mercredi 6 Juin à 12:58
    4
    Mercredi 6 Juin à 12:57
    3
    Mercredi 6 Juin à 12:57


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :